ÉMERGENCE

Publication du Réseau Tara Canada (Québec)      Bulletin de décembre 2008


Vous recevez ce Bulletin parce que vous vous êtes abonné à http://taraquebec.org/inscription.htm


JOYEUX NOËL ET

 

BONNE ET HEUREUSE NOUVELLE ANNÉE !

 


Évolutionnisme et créationnisme

 

« Beaucoup de gens croient, ou affectent de croire, que le monde tel que nous le connaissons n'a pas plus de cinq mille ans d'âge ; que l'homme, toutes les créatures du monde animal et toutes les roches du monde minéral ont été créés et parfaitement achevés dans leurs moindres détails en l'espace de quelques jours seulement.

Ils considèrent l'évolution comme un mythe, et tiennent le récit biblique de la création pour véridique et littéralement exact. Pour accepter une telle théorie, il est nécessaire d'ignorer la science en général et la géologie, l'anthropologie, la paléontologie et l'archéologie en particulier. »

Extrait de l’article du Maître, Partage international, décembre 2008

 (voir l’article complet  plus loin)


Partage internationalCOMMUNIQUE DE PRESSE N°87

Partage international, 25e année

Service de presse de Share International/Partage international - 11 décembre 2008

 

Miracle de Noël

Depuis des années, le monde voit se produire une avalanche de miracles de toute nature.  En avril 1995, Time magazine leur consacrait sa couverture et un article de huit pages, qui s’achevait sur cette conclusion : « Les hommes ont soif de signes. »

Nous pouvons maintenant nous attendre au plus grand de tous les miracles. Dans un avenir très proche une grande étoile, particulièrement brillante, va apparaître dans le ciel ; partout dans le monde, chacun pourra la voir, de jour comme de nuit.

Simple divagation d’esprits dérangés ? Non, il s’agira d’un fait vérifiable. Environ une semaine plus tard Maitreya, l’Instructeur mondial pour toute l’humanité, entamera son émergence publique et — sans toutefois se faire connaître initialement sous ce nom — donnera une interview sur l’une des plus grandes chaînes de télévision des Etats-Unis.


Maitreya tel qu'il est miraculeusement
apparu devant 6000 personnes
à Nairobi (Kenya) le 11 juin 1988

 

En 1988, CNN et d’autres médias ont couvert l’apparition miraculeuse de Maitreya devant 6 000 personnes à Nairobi (Kenya), le samedi 11 juin. Une semaine avant cet événement, on avait vu apparaître un signe tout à fait remarquable : « Le samedi 4 juin on pouvait voir dans le ciel une grosse étoile, bien plus brillante que les étoiles ordinaires », écrivait Job Mutungi, du Kenya Times.

Depuis plus de trente ans, l’écrivain et conférencier Benjamin Creme s’emploie à préparer le monde à ce qui représentera le plus grand événement de l’histoire : l’émergence de Maitreya et de son groupe de Maîtres de Sagesse. En mai 1982 à Los Angeles, lors d’une conférence de presse qui a fait salle comble, M. Creme a révélé que Maitreya vivait dans la communauté asiatique de Londres depuis le 19 juillet 1977.

Attendu sous des noms différents par toutes les religions, Maitreya est à la fois le Christ pour les chrétiens, l’Imam Mahdi pour les musulmans, Krishna pour les hindous, le Messie pour les juifs, et le Bouddha Maitreya pour les bouddhistes. Il est l’Instructeur mondial pour tous, croyants ou agnostiques ; c’est un Educateur au sens le plus large du terme.

Préoccupé par les problèmes de la vie moderne, Maitreya travaille dans l’arrière-scène de notre monde en mutation. L’énergie extraordinaire qu’il y déverse a entraîné des changements spectaculaires sur plusieurs fronts : fin de la Guerre froide ; éclatement de l’Union soviétique ; réunification de l’Allemagne ; fin de l’Apartheid ; montée en puissance de la voix du peuple, réclamant liberté et justice ; prise de conscience mondiale des problèmes environnementaux.

Le message de Maitreya peut se résumer ainsi : « Partagez et sauvez le monde. » Il encouragera l’humanité tout entière à se voir comme une seule grande famille, et à assurer la paix dans le monde par le partage, la justice économique et la coopération globale.

Du fait que Maitreya et son groupe prendront directement part aux affaires du monde, l’humanité peut être assurée non seulement de sa survie, mais de la création d’une nouvelle et brillante civilisation.

 


 

« Depuis des années, nombreux sont ceux qui attendent un signe de l’imminence du retour du Christ. De toutes parts et de tous les climats, ces signes sont apparus en abondance, sans entamer le scepticisme de certains. Rien d’autre, semblerait-il, que la vue du Christ lui-même, ne suffira à ébranler l’incrédulité de ces Saint-Thomas. Bientôt cependant, il ne leur sera plus possible de douter, et nulle explication simpliste ne leur permettra de nier l’existence des mille et un mystères qui les entourent. Bientôt, le Fils de l’Homme se présentera aux multitudes et leur soumettra ses préoccupations. La nouvelle de son apparition résonnera en écho dans le monde, amenant sans délai sa reconnaissance et son acceptation générale. »

Le Maître de Benjamin Creme, La fin des clivages, septembre 1996.


L’article du Maître du numéro de décembre 2008 de la revue Partage international

Évolutionnisme et créationnisme

 

par le Maître --, par l’entremise de Benjamin Creme

 

Beaucoup de gens croient, ou affectent de croire, que le monde tel que nous le connaissons n'a pas plus de cinq mille ans d'âge ; que l'homme, toutes les créatures du monde animal et toutes les roches du monde minéral ont été créés et parfaitement achevés dans leurs moindres détails en l'espace de quelques jours seulement.

Ils considèrent l'évolution comme un mythe, et tiennent le récit biblique de la création pour véridique et littéralement exact. Pour accepter une telle théorie, il est nécessaire d'ignorer la science en général et la géologie, l'anthropologie, la paléontologie et l'archéologie en particulier.

Il est vrai, bien sûr, qu'il fut un temps où l'homme ne foulait pas la Terre, et où des dinosaures d'une taille gigantesque y régnaient en maîtres. Il est également vrai, à notre avis, que l'histoire humaine est infiniment plus ancienne que ne le croit aujourd'hui la science.

L'opinion qui prévaut actuellement est que l'homme n'existe que depuis cinq à six millions d'années tout au plus. Toutefois, selon la science et la tradition qui sont les nôtres, l'homme-animal primitif avait déjà atteint le stade où son individualisation était devenue possible, et les « fils du mental » commencé leur long voyage évolutif. Il a fallu à l'homme dix-huit millions et demi d'années pour parvenir au niveau où il se trouve aujourd'hui.

Comment donc est-il possible que des « créationnistes » intelligents et cultivés adhèrent, en dépit des preuves apportées par la science, à des idées qui peuvent paraître absurdes ?

Le malentendu

La réponse à cette question tient au fait qu'évolutionnistes et créationnistes ne parlent pas de la même chose : les uns et les autres, malgré leur point de vue limité, ont raison. Les scientifiques modernes, en examinant avec objectivité les découvertes de Darwin, ont accumulé nombre de preuves de l'évolution, ce lent développement de l'homme à partir de ses ancêtres animaux qui s'opère en particulier par le développement du mental.

Les créationnistes considèrent la Bible comme leur guide, sans tenir compte du fait qu'elle a été rédigée par des centaines de gens sur des centaines d'années ; qu'elle est écrite en langage symbolique, et nécessite une interprétation symbolique plutôt que factuelle. Les créationnistes se donnent beaucoup de mal pour faire savoir que « l'homme » a été créé par Dieu « à son image », et ne doit donc rien à l'évolution. Pour eux, Darwin et ceux qui souscrivent à ses thèses se méprennent sur l'homme : celui-ci est un être spirituel, un héritier de Dieu, et s'il ne se comporte pas toujours comme une créature divine c'est qu'il a été corrompu par Satan.

Le rapprochement

Est-il possible de rapprocher ces vues diamétralement opposées, tout en dépassant leurs limites ? D'après notre compréhension des choses, les scientifiques d'aujourd'hui, qui sont évolutionnistes, ont indubitablement raison de soutenir que l'évolution de l'homme s'est faite à partir du règne animal. C'est à ce règne que nous devons notre corps physique.

Cela ne fait toutefois pas de nous des animaux. Darwin, et ceux qui partagent à juste titre ses idées, décrivent seulement le développement extérieur, physique de l'homme, et ignorent pour la plupart que nous sommes engagés dans le développement de la conscience. Le corps humain a pratiquement atteint son état définitif : il ne lui reste plus grand-chose à accomplir. Du point de vue de la conscience, toutefois, c'est à peine si l'homme a fait ses premiers pas vers l'épanouissement qui prouvera qu'il est véritablement divin, qu'il est une âme en incarnation.

Un jour, la réalité de l'âme sera prouvée par la science et fera ainsi l'objet d'une acceptation générale. Ainsi la vieille dichotomie sera-t-elle résolue.

Partage international décembre 2008


Prochaines conférences de Benjamin Creme

 

Le 15 janvier 2009 à Londres, Grande-Bretagne

Le 21 février 2009 à Barcelone, Espagne

 


La fin du capitalisme débridé

par Scott Champion

Pour de nombreux observateurs, les journées des 17-18 septembre 2008 ont marqué le commencement de la fin du capitalisme à l'américaine, qui, d'une manière surprenante, a montré aux yeux de tous sa vraie nature, celle d'un « capitalisme de cowboy ». Ces deux jours fatidiques ont vu l'effondrement presque heure par heure des actions et une prise d'assaut des marchés monétaires américains. Ce qui s'est traduit inévitablement par un sauve-qui-peut chez les investisseurs et une envolée de la demande d'instruments jugés plus sûrs, tels que les Bons du Trésor, avec la chute spectaculaire des taux d'intérêts qui s'en est suivie.

Dès l'après-midi du 18, il était devenu clair pour le Trésor américain que le système financier était arrivé au bord d'un effondrement systémique. Les marchés monétaires critiques du pays durent faire face à la ruée de clients paniqués auprès de leurs établissements bancaires, qui a abouti à un retrait de centaines de milliards de dollars en ces deux seules journées. Le pays se trouvait dès lors pris dans un maelström financier tel qu'il n'en avait pas connu depuis plus soixante-dix ans. Le 18 septembre, dans le but de prévenir un krach dans la nuit et d'éviter une paralysie complète du système financier, le département du Trésor a laissé fuir dans la presse l'annonce imminente d'un renflouement gigantesque. Ce qui a aussitôt inversé le mouvement baissier des Bourses. L'effondrement des places boursières et du système financier avait pour un temps pris fin. Mais cette mesure du Trésor s'est très vite avérée n'être qu'un remède provisoire.

Qu'est-ce donc qui a mis en échec la première puissance économique et financière du monde, jusqu'à la remise en cause de « la manière américaine de faire des affaires » ? La réponse est évidente : la cupidité. Mais une cupidité qui, combinée à l'arrogance et l'illusion de Wall Street, s'est montrée et se montre particulièrement destructive. Moins de deux ans plus tôt, le secrétaire au Trésor, Henry Paulson, avait donné une conférence en Chine sur les mérites de l'ultralibéralisme américain qui, en matière d'innovation financière, s'en remet aveuglément aux spéculateurs et aux fonds spéculatifs de Wall Street sans leur imposer la moindre régulation, suivant en cela religieusement l'idéal du libre-échange : faire confiance aux acteurs du marché pour se fixer eux-mêmes des règles. Aujourd'hui où s'écroule le système bancaire et l'infrastructure financière américains, cette croyance dans la liberté des marchés, dans les bienfaits d'un capitalisme sans entraves, ont fait à peu près partout long feu, y compris, semble-t-il, aux États-unis, à mesure que l'on s'y rend compte des dégâts que la cupidité de Wall Street a causé non seulement au pays, mais au monde entier.

Il va sans dire que les États-unis ne sont pas le seul pays à être gangrené à ce point sans précédent par cette frénésie du gain. Mais bon nombre des problèmes actuels du monde y ont pris naissance et ont été exportés par son industrie des services financiers. Ses « innovations financières » se sont répandues sur l'ensemble du globe au point que même des banquiers traditionnellement conservateurs, comme la plus grande banque suisse, l'UBS, se sont retrouvés embarqués dans la chute des pensions sur titre émises en quantités immenses par Wall Street. La City de Londres, d'ordinaire plus avisée, a elle aussi été obligée de reconnaître sa co-responsabilité dans la genèse de cette crise mondiale, ainsi que, d'une manière plus générale, les Européens. […]  

Lire la suite dans la revue Partage international de décembre 2008 à http://partageinternational.org/revue_Partage_International/archives_Partage_International/pi244.php#anchor2


 

Questions - réponses de Benjamin Creme dans la revue Partage international décembre 2008 (extraits)


 

Benjamin Creme traite, dans cette rubrique, toutes questions ayant trait aux activités de Maitreya et de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, ainsi qu’aux enseignements de la Sagesse éternelle, auxquelles il n’a pas répondu dans ses livres. Benjamin Creme ne souhaite pas se poser en arbitre de l’au­thenticité de l’activité et des communications des autres groupes. Veuillez donc vous abstenir de poser des questions sur ces sujets.

 

Les questions doivent être adressées à  : Share Internatio­nal/Questions,

PO Box 36-77, London NW5 IRU, G.-B.

 

Q. [1] Y a-t-il eu des fraudes dans l'élection présidentielle américaine ? [2] Si oui, quels auraient été les vrais résultats – sans truquage d'une forme ou d'une autre ?

R. [1] Oui, mais dans une moindre mesure que lors des deux élections précédentes. [2] Environ 5 % de plus pour Barack Obama.

Q. L'élection de Barak Obama signifie-t-elle que l'aspect de l'âme des États-unis pourra plus facilement se manifester ?

R. Pas nécessairement. Barack Obama n'a encore rien fait ! Une meilleure indication viendra lorsque le public américain entendra Maitreya et évaluera ses propositions. La communauté afro-américaine va se sentir renforcée et soutenue par la victoire électorale de Barack Obama, mais près de la moitié des votes, 48 %, est allée aux Républicains. L'effondrement de l'économie et de l'hégémonie financière des États-unis aura une influence très grande au cours des mois à venir.

Q. Pensez-vous que Barack Obama répondra davantage aux idées de Maitreya que son concurrent républicain ?

R. Oui, et il est arrivé à la présidence à un moment significatif pour le monde.

Q. Barack Obama sera-t-il le dernier président des États-unis ? Je crois que c'est le collaborateur de Maitreya, ou votre Maître, qui a dit que, pour finir, la présidence des États-unis serait remplacée par un groupe d'hommes d'État sages et expérimentés et que l'ancien président Jimmy Carter (en poste de 1976 à 1980) serait invité à en faire partie s'il vit assez longtemps.

R. C'est toujours ce qui est prévu par le Plan et il y a donc toutes les chances pour que Barack Obama soit le dernier président.

Q. Le Fonds monétaire international semble prendre une nouvelle importance au moment où de plus en plus d'économies commencent à souffrir de l'effondrement économique. Que pourrait-il arriver de mieux pour le FMI ? Est-il appelé à disparaître avec d'autres organismes qui aident à maintenir le capitalisme traditionnel ?

R. Le FMI est profondément détesté et il suscite beaucoup de méfiance, notamment dans les pays en développement qui ont dû s'adresser à lui par désespoir. Il leur a régulièrement donné de l'argent, dont ils avaient grand besoin, mais cela au détriment de leur libre arbitre et du droit de se développer selon leurs traditions. Ils ont été forcés par exemple de produire, à grande échelle, de la nourriture pour le marché étranger et d'acheter leur propre nourriture à l'étranger. Ils ont été pris au piège.

Le FMI est utile pour l'instant pour les pays qui souffrent de la crise économique, mais finalement lorsque le principe de partage règnera, il sera démantelé et fermera ses portes. Il a été de toute évidence un outil utilisé à des fins purement politiques.

Q. Le jour de la Déclaration [1] nos animaux favoris seront-ils conscients de ce qui se passe ? [2] Le règne animal d'une manière générale sera-t-il conscient du jour le plus important pour notre planète ?

R. [1] Non, seulement les hommes et les femmes âgés de plus de quatorze ans. [2] Non.

Q. Je crois au retour de l'Instructeur mondial depuis plusieurs années. J'ai cru comprendre que Maitreya avait une invitation pour apparaître sur une chaîne majeure de télévision au moment de son choix. Récemment j'ai entendu dire par quelqu'un lié à Partage international que cette invitation n'avait plus cours. J'aimerais savoir de « source sûre » ce qu'il en est réellement. Je ne souhaite pas transmettre des informations erronées.

R. L'invitation tient toujours et « l'heure du choix » est très proche. Quelqu'un, pour une raison ou une autre, donne actuellement une information fausse.

Q. L'ouragan Gustav qui a affecté la côte sud des États-unis, notamment la Nouvelle-Orléans, était-il le résultat du karma, le résultat de la perte d'équilibre des dévas, ou simplement un phénomène naturel ? Vous aviez déclaré que l'ouragan Katrina qui a dévasté la Nouvelle-Orléans en 2005 en faisant 12 000 victimes – selon votre Maître – était le résultat de nos actes au Moyen-Orient.

R. L'ouragan Gustav est le résultat du déséquilibre des dévas. L'humanité subit beaucoup de stress et de tensions et ceci affecte l'évolution des dévas. C'est donc, bien que de manière indirecte, une réaction karmique mais dont la cause est plus générale.

Q. Selon l'eschatologie bouddhiste, les enseignements du Bouddha seront oubliés à l'époque où Maitreya viendra sur Terre. Par ailleurs, certains phénomènes physiques se produiront avant son arrivée. Si vous reconnaissez le bouddhisme comme un enseignement vrai, comment expliquez-vous l'arrivée de Maitreya dans les circonstances actuelles ?

R. Parmi les bouddhistes orthodoxes, l'attente du Bouddha Maitreya varie entre des milliers d'années et, au Japon, des milliards d'années. Ils n'en ont vraiment aucune idée. Ils ne comprennent pas non plus qui est en fait Maitreya. Il ne « vient » pas sur Terre, il ne l'a jamais quittée. C'est un grand instructeur comme le Bouddha avant lui et sa manifestation se fait à une époque de son choix, et non pas selon notre fantaisie ou nos spéculations. L'enseignement bouddhiste concerne la psychologie humaine, la conscience spirituelle et la manière dont nous devrions vivre ensemble pour le plus grand bien de tous. Il ne concerne pas les dates.

Q. Je suis intéressé par la manière dont certaines personnes ont vu des « aliens ». Benjamin Creme dit que si nous nous rendions sur Mars, nous ne les verrions pas, car ils vivent sur un plan différent et leurs corps sont éthériques. Dans ce cas, comment est-il possible que certaines personnes soient supposées les voir ? Nous savons qu'il y a eu des crashs et que la Nasa cache beaucoup d'informations sur les ovnis. Ce qui m'intéresse réellement, c'est de savoir si les frères de l'espace peuvent être vus avec nos propres yeux ; peuvent-ils se montrer à nous s'ils le désirent ? Par exemple, quand ils viennent ici pour créer des agroglyphes, pourrions-nous les voir ? ou est-ce seulement les vaisseaux spatiaux que les gens voient ?

A part cela, je peux dire que Partage international est la meilleure revue dans le monde et à mon avis la seule qui puisse réellement nous donner des informations véritables, car je ne connais personne d'autre que Benjamin Creme qui puisse parler directement avec les Maîtres. Je suis un fidèle de Saï Baba depuis des années, mais même lorsque je vais en Inde pour le voir, je ne peux trouver quelque chose d'équivalent.

Merci pour votre extraordinaire revue, merci à Benjamin Creme de nous ouvrir les yeux et de nous laisser voir beaucoup plus que ce que nous voyons normalement.

R. Il est vrai que les habitants de Mars, par exemple, vivent dans de la matière physique éthérique et non pas dans notre matière physique dense. Les plans éthériques, qui sont au nombre de quatre, sont physiques mais subtiles et, pour l'instant, invisibles à nos yeux. Ceci changera lorsque nous aurons développé la vision éthérique.

Lorsque quelqu'un venant de Mars souhaite être vu, il peut abaisser le taux vibratoire de son corps ou celui de son véhicule spatial jusqu'à ce qu'il nous devienne visible, lorsqu'il l'élève à nouveau, il « disparaît ». Je n'aime pas appeler nos frères de l'espace des « aliens », ils sont en vérité nos frères et nous avons envers eux une énorme dette, si ardu est le travail continu qu'ils accomplissent pour notre bien.

Merci pour votre appréciation.

Q. Cher M. Creme, lorsque vous recevez des photographies de bénédictions de Maitreya, comment savez-vous de manière certaine qu'il s'agit de bénédictions et non pas de défauts dans les photographies ?

R. Je vérifie chacune d'entre elles avec mon Maître.


La méditation de Transmission

 

La Transmission est une forme de méditation de groupe ayant pour objet de transmettre des énergies spirituelles, au bénéfice de l’humanité. Il s’agit d’un acte de service, qui s’effectue en coo­pération avec les Maîtres de Sagesse. Les Maîtres de Sagesse sont les êtres éclairés qui nous ont précédés sur le chemin de l’évolution. Ils ont atteint un degré d’évolution spirituelle tel que, de notre point de vue, ce sont des êtres parfaits. Ils servent le Plan d’évolution, travaillant avec de grands flux d’énergies qu’ils équilibrent et dirigent dans le monde selon les nécessités. Ils font ainsi progresser l’humanité sur le sentier de l’évolution, puisque c’est grâce au stimulus de ces énergies que toute vie évolue.

On trouvera quelques recommandations, utiles et simples, sur la manière de conduire une Transmission dans le livre de Benjamin Creme : la Transmission, une méditation pour le nouvel âge.

Il existe des groupes de transmission actifs, ouverts à tous, dans de nombreux pays. Aucune participation financière n’est demandée.

 

POUR CONSULTER LA LISTE DES GROUPES DE MÉDITATION DE TRANSMISSION DU QUÉBEC ET D’OTTAWA, OU  PÒUR CRÉER OU VOUS JOINDRE À UN GROUPE DE TRANSMISSION, VISITEZ LE SITE SUIVANT

 

http://www.taraquebec.org/t-groupes.html


ABONNEMENT À La revue Partage International

Vous abonner à la revue Partage international constitue aussi un excellent moyen d’être au courant des dernières nouvelles sur l’Émergence de Maitreya, de lire 10 fois l’an un article du Maître de Benjamin Creme, ainsi que des articles de collaborateurs de la revue portant sur des sujets chers au cœur de Maitreya, comme le partage, la justice, la paix dans le monde.

 

La revue Partage international est depuis janvier 2002 une traduction intégrale de la revue en anglais Share International, et du même format de 8½ x 11 pouces.

 

Si vous êtes du Québec et que vous désirez vous y abonner, de façon sécurisée, par Paypal ou carte de crédit, visitez

www.taraquebec.org/revue.html

 

ou retournez-nous le bon de commande que vous trouverez à

 http://taraquebec.org/catalog.htm  avec votre paiement (70.00$ pour 1 an - 10 numéros).

 

 

 

 

 


AIDEZ-NOUS À ENTRETENIR L’ESPOIR !

Le groupe a plusieurs projets dont des publicités dans des journaux et des revues. Votre aide nous permet de faire connaître davantage à l'humanité le merveilleux message d'espoir du retour des Maîtres de Sagesse et de Maitreya, l’Instructeur mondial.

En 2008, les donateurs et donatrices d’un montant de 50.00$ et plus recevront gratuitement un DVD Vidéo de la conférence de Benjamin Creme à Paris en 2007

Vous pouvez participer à ce parrainage, si vous le désirez. Vous pouvez même faire votre don en ligne par carte de crédit (méthode sécurisée) en visitant notre page

http://taraquebec.org/donnation.html

 

Si vous désirez contribuer financièrement par la poste, utilisez le bon le bon de commande que vous trouverez ici http://taraquebec.org/catalog.htm et expédiez-le avec votre paiement. MERCI !


 

DIFFUSEZ le Bulletin de nouvelles GRATUIT PAR COURRIEL, L’Émergence

 

Si vous avez des amis(es) qui montrent un intérêt pour les sujets spirituels et qui ont accès à un courrier élec­tronique (email), vous pou­vez leur transmettre ce bulletin par courriel (email), les invitant à le parcourir, et s’ils le désirent à s’inscrire.

 

     Pour recevoir notre bulle­tin de nouvelles  « L’ÉMERGENCE »  par courriel (email) dix fois l’an, allez à

http://taraquebec.org/inscription.htm

 


Réseau Tara Canada (Québec), C.P. 156, Succursale Ahuntsic, Montréal, (Québec) H3L 3N7

Téléphone sans frais  1-888-886-tara (8272)

Envoi d’un courrier : http://taraquebec.org/phorm/forme1.htm
Site Internet au Québec : http://taraquebec.org   

Site francophone international : http://partageinternational.org

Sites en d’autres langues : http://taraquebec.org/langues.html


Vous recevez ce Bulletin parce que vous vous êtes abonné au Bulletin de nouvelles mensuel L’Émergence du Réseau Tara Canada Québec.

 

Pour vous désabonner allez à  http://taraquebec.org/inscription.htm