L’Émergence

Publication du Réseau Tara Canada (Québec)      Bulletin de juillet/août 2005


Vous recevez ce Bulletin parce que vous vous êtes abonné à http://taraquebec.org/inscription.htm

Pour vous désabonner cliquez sur le lien qui précède


Prochaines conférences de Benjamin Creme

 

Le 30 juillet 2005 à New York, Etats-Unis

Le 8 août 2005 à Los Angeles, Etats-Unis

Le 14 août 2005 à San Francisco, Etats-Unis

Le 8 septembre 2005 à Londres, Grande-Bretagne

(voir plus bas pour des informations plus précises)

 


Prochaines conférences à Montréal

 

Le jeudi 21 juillet 2005 à 19 h 30 : Le retour des Maîtres de Sagesse et de l’Instructeur mondial

Le jeudi 28 juillet 2005 à 19 h 30 : La méditation de Transmission, une méditation de groupe au service de l’humanité

(voir plus bas pour des informations plus précises)


Les ténèbres se dissipent

Nulle part ailleurs que sur Terre la division et la discorde ne dominent autant la vie planétaire. Nulle autre planète de notre système n’est si immergée dans la compétition, aucune n’ignore à un tel degré les avantages de la coopération. En aucun autre lieu ne s’observent les résultats de semblable démence : angoisse et maladies de toute nature ; richesse côtoyant l’indigence ; insécurité et guerre.

Pourquoi devrait-il donc en être ainsi ? Pourquoi faudrait-il que les habitants d’un monde si extraordinairement fertile s’en disputent à ce point la possession ?

Dans une certaine mesure, la réponse tient à la richesse même des ressources terrestres. […]

 

Extrait de l’article du Maître de juillet/août 2005, inclus plus bas.


Tournée de Benjamin Creme au Japon

Une fois encore, les conférences de Benjamin Creme ont été bien accueillies à l’occasion de sa tournée 2005 au Japon. De nombreuses personnes se sont déplacées de loin pour y assister.

La conférence de Tokyo, le 14 mai, a attiré un public attentif de plus de 1 800 personnes – dont 70 % étaient venues pour la première fois – et le lendemain près de 500 personnes assistèrent à la méditation de transmission. La conférence d’Osaka, le 21 mai, attira près d’un millier de personnes et 350 étaient présentes à la méditation de transmission le lendemain. Plus de 450 personnes ont assisté à la conférence de Nagoya le 24 mai.

Les groupes japonais ont fourni de gros efforts pour parvenir à ce succès, partageant idées, ressources et documentation. Ils ont distribué plus de 400 000 petites brochures, fait insérer à leurs frais plus d’un million de prospectus dans des journaux locaux et loué des espaces publicitaires dans les gares pour y poser de grandes affiches. Maitreya est apparu à un membre du groupe de Tokyo qui lui a demandé comment «  il » avait entendu parler de la conférence, et il a répondu qu’il avait vu « les affiches posées partout ».

The Laws of Life, ouvrage nouvellement publié regroupant les enseignements et les prévisions de Maitreya, bénéficia d’une large publicité dans les journaux et fut proposé à toutes les conférences. 750 exemplaires ont été vendus.

Maitreya et le Maître Jésus étaient présents à toutes les conférences et ont été reconnus par des membres du groupe et même photographiés. (voir dans notre rubrique Courrier des lecteurs : Révélation  intérieure et Leçon particulière)

Sur de nombreuses photographies prises à l’occasion des conférences, on peut voir des bénédictions de Maitreya ou du Maître Jésus. Une photographie particulièrement belle fut prise à Nagoya pendant la bénédiction de Maitreya au début de la conférence.

La tournée s’est terminée par la rencontre des groupes de transmission à Shiga du 27 au 29 mai, à laquelle ont assisté 148 co-workers venus de tout le Japon. Chacun est rentré chez soi rempli d’une aspiration renouvelée et déterminé à continuer à faire connaître l’information.

 

Légende photo

Photographie montrant des tourbillons d’énergie manifestés durant l’adombrement de Benjamin Creme lors de la bénédiction de Maitreya, au commencement de la conférence de Nagoya (Japon), en mai 2004.

 

 

 


 

Conférences de Benjamin Creme en 2005 (partiel)

 

Toutes les conférences sont en anglais. Des traductions sont réalisées en direct pour les pays non anglophones.

GRANDE-BRETAGNE

Londres :

Les conférences publiques y sont données à Friends House, 173/177 Euston Road, London NW1 (en face de la Station Euston).

Horaire conférences: 19 h à 21h30 (portes 18h30)

Renseignements: Share International, PO Box 3677, London NW5 1RU. Tél. 0044-207-482-1113; Fax. 0044-207-267-2881

Prochaine conférence : le 8 septembre 2005

Entrée libre.

ETATS-UNIS 

New York : conférence le 30 juillet 2005. Transmission le 31. Tél.  212-665-9959 ou 718-951-7295. 

Los Angeles : conférence le 8 août. Transmission le 10 août. Tél.  818-785-6300. 

San Francisco : conférence le 14 août. Transmission le 16 août. Tél. 510-841-3738. 

Séminaire de Transmission du 19 au 21 août. Tél.  510-841-3738


Conférences à Montréal

À Montréal, : UQAM, 315, rue Sainte-Catherine Est, Pavillon Sciences de la gestion, salle R-R120, métro Berri-UQAM

- jeudi le 21 juillet 2005, 19 h 30 : Le retour des Maîtres de Sagesse et de l’Instructeur mondial

Cette conférence sera consacrée au plus grand événement de l'Histoire : le retour dans le monde des Maîtres de Sagesse, ces hommes qui ont réalisé pleinement leur potentiel spirituel. Depuis la fin de l'Atlantide, il y a 98 000 ans, ils s'étaient retirés dans les régions les plus reculées de la planète, et ce n'est qu'au XIXe siècle que leur existence a commencé à être révélée au public, pour le préparer à leur retour.

Les Maîtres reviennent aujourd'hui dans le monde moderne avec à leur tête Maitreya, l'Instructeur mondial, pour nous conduire hors du marasme actuel, et nous inspirer la création d'une nouvelle civilisation où règneront la justice et la liberté, et où l'être humain connaîtra un accomplissement sans précédant.

Entrée gratuite

Pour information :
Montréal : (514) 384-1921
Ligne sans frais : (877) 384-1921

À Montréal, : UQAM, 315, rue Sainte-Catherine Est, Pavillon Sciences de la gestion, salle R-R120, métro Berri-UQAM

- jeudi le 28 juillet 2005, 19 h 30 La Méditation de Transmission : une méditation de groupe au service de l'humanité

Nombre de personnes cherchent actuellement une voie de service. La méditation de Transmission constitue précisément une puissante forme de service, simple et efficace. Elle produit des résultats remarquables pour la planète, et stimule l'évolution personnelle de ceux qui la pratiquent.

La Transmission est une méditation de groupe qui s'effectue en coopération avec les Maîtres de Sagesse. Le groupe agit comme « transformateur », réduisant l'intensité des énergies spirituelles afin de les rendre plus facilement utilisables par l'humanité.

Cette activité est non confessionnelle, entièrement compatible avec toute autre pratique religieuse ou spirituelle. Plusieurs centaines de groupes travaillent déjà de cette manière dans le monde.

Entrée gratuite
Pour information :
Montréal : (514) 384-1921
Ligne sans frais : (877) 384-1921

 Visitez régulièrement notre site http://taraquebec.org/ac-conferences.html  pour connaître les développements à ce sujet.


Exposition photographique à Montréal :

Les réflexions urbaines, un phénomène mystérieux : les croix de lumière

 

Depuis 1997, plusieurs personnes ont remarqué des reflets lumineux ayant l'apparence de cercles marqués d'un X au centre. L'éditeur en chef de Share International,  Benjamin Creme, considère ce phénomène comme un signe non religieux. Les cercles seraient la signature d'Êtres ayant acquis un niveau de conscience supérieur à celui de l'être humain.

 

Cette exposition rassemble des photos de cercles de lumière provenant de plusieurs parties du monde, en autre des États-Unis. d'Allemagne, de Suède, de Norvège, de Slovénie et du Canada.

 

Date et lieu : du 1er au 31 juillet 2005 au St-Viateur Bagel & Café, 1127 Mont-Royal Est

Date et lieu : du 1er au 31 août 2005 au Mousse Café, 2522, rue Beaubien Est

 

Visitez régulièrement notre site pour connaître les dates et les lieux des autres expositions à

http://taraquebec.org/ac-expositions.html ou téléphonez au secrétariat au (514) 384-1921

 

 

         


Le site Internet québécois « Le retour des Maîtres et de l’Instructeur mondial » présente un nouveau « look »

Ce site Internet québécois a été restructuré et son contenu ajusté. Sa présentation graphique a été modifiée mais n’a pas encore atteint sa forme finale. Vous êtes invités à le visiter régulièrement à l’adresse http://taraquebec.org . Inscrivez cette adresse dans vos favoris.


Un coût élevé en vies humaines

«  Dans le monde, des hommes, des femmes et des petits enfants n’ont même pas le minimum nécessaire pour survivre ; ils s’entassent dans les villes de nombre des pays les plus pauvres du monde. Ce crime me remplit de honte. Mes frères, comment pouvez-vous regarder ces gens mourir sous vos yeux et vous considérer comme des hommes ?  Mon dessein est de les sauver d’une famine certaine et d’une mort inutile. Mon dessein est de vous montrer que la solution, pour venir à bout de vos problèmes, est d’écouter à nouveau la véritable voix de Dieu à l’intérieur de votre cœur, et de partager les ressources de ce monde des plus fertile avec vos frères et sœurs où qu’ils soient. » Maitreya, message n° 11

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que durant le mois de mai 2005, 670 000 personnes sont mortes inutilement de faim et de la pauvreté.


L’article du Maître du numéro de juillet/août 2005 de la revue Partage international

Les ténèbres se dissipent

par le Maître --, à travers Benjamin Creme

Le Maître est un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, dont le nom est bien connu des cercles ésotériques. Pour diverses raisons, son identité n’est pas révélée. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître qui lui dicte ses articles.

Nulle part ailleurs que sur Terre la division et la discorde ne dominent autant la vie planétaire. Nulle autre planète de notre système n’est si immergée dans la compétition, aucune n’ignore à un tel degré les avantages de la coopération. En aucun autre lieu ne s’observent les résultats de semblable démence : angoisse et maladies de toute nature ; richesse côtoyant l’indigence ; insécurité et guerre.

Pourquoi devrait-il donc en être ainsi ? Pourquoi faudrait-il que les habitants d’un monde si extraordinairement fertile s’en disputent à ce point la possession ?

Dans une certaine mesure, la réponse tient à la richesse même des ressources terrestres. La Terre est, de tous les mondes, le plus densément matériel, et depuis une époque archaïque les hommes, sous l’emprise de la fascination qu’exerce une telle richesse matérielle, se sont opposés et combattus pour s’en assurer la maîtrise. Cela a conduit le règne humain (et avec lui le règne animal) au bord de la destruction. Avec la bombe atomique, c’est son existence même que l’homme a mise en danger.

Plus que toute autre chose, ce péril a joué un rôle déterminant dans la décision qu’a prise Maitreya de revenir avec son groupe dans le monde moderne, au moins mille ans avant la période fixée initialement. Il entend user d’une bienveillante persuasion pour détourner les hommes de l’abîme, et leur montrer tout le danger et la destructivité de leur soif de pouvoir, leur cupidité et leur compétitivité.

La voie de la coopération

Il leur indiquera une voie plus simple, celle de la coopération, de la justice et de la confiance. Nombreux sont ceux qui, dans leur cœur, renoncent à l’iniquité du matérialisme qui actuellement imprègne la planète. Ceux-ci aspirent à la justice et à la paix, ils descendent dans la rue pour les voir instaurées. De plus en plus, les peuples du monde prennent conscience qu’en s’unissant ils ont le pouvoir de changer l’action des puissants. Ainsi Maitreya fait-il confiance au peuple, et se fait-il l’écho de ses revendications. Ainsi se joint-il à ses manifestations, pour y faire entendre sa voix.

Un nouvel état d’esprit

Si l’avarice demeure généralement dominante, on assiste dans quelques pays à de nouvelles prises de conscience, notamment de la part des hommes politiques. On annule les dettes des pays les plus pauvres et l’on aborde d’une manière nouvelle l’écrasante pauvreté de tant d’hommes. On commence ainsi à recueillir les fruits de vingt années de labeur. Les énergies bénéfiques de Maitreya font leur œuvre magique, et un nouvel état d’esprit gagne en puissance.

Ainsi, des habitudes et des comportements immémoriaux commencent-ils à perdre de leur
emprise face à la vague d’énergies nouvelles et irrésistibles que manient Maitreya et son groupe. Les hommes n’ont à avoir peur de rien ; les humbles, les pauvres, ceux qui n’ont d’autre pouvoir que de travailler sans fin hériteront de la Terre. Les hommes apprendront la beauté de la coopération et du service et, l’un après l’autre, les bastions du pouvoir s’effondreront. Les empires de puissance et de richesse disparaîtront alors qu’une nouvelle propension au partage et à l’unité gagnera l’esprit des hommes. Ainsi en sera-t-il ; ainsi l’égarement de l’homme prendra-t-il fin, ainsi reprendra-t-il son ascension.


Les mensonges dévoilés

Irak : révélation sur les premiers plans américains

Un document hautement confidentiel, divulgué pendant la campagne qui a précédé les élections législatives en Grande-Bretagne, indique que l’administration Bush avait décidé de renverser le président Saddam Hussein huit mois avant de lancer son attaque contre l’Irak, qu’elle avait manipulé les services secrets dans ce but et qu’elle n’avait jamais eu sérieusement l’intention d’essayer d’éviter la guerre par des moyens diplomatiques.

Ce document, rédigé par Matthew Rycroft, membre des services secrets britanniques, est basé sur des notes qu’il a prises pendant une rencontre qui s’est déroulée en juillet 2002 entre le premier ministre Tony Blair et ses conseillers, notamment Richard Dearlove, chef des services secrets britanniques, qui venait de rencontrer des membres de l’administration Bush.

On peut lire dans ce document : « Le président George W. Bush voulait se débarrasser de Saddam Hussein par une action militaire, en invoquant le terrorisme et les armes de destruction massive. Mais les Services secrets et les faits devaient se conformer à la politique. Il semblait clair que G. Bush avait pris sa décision d’engager une action militaire, même si le moment n’était pas encore décidé. Cependant les arguments étaient peu probants. Saddam Hussein ne menaçait pas ses voisins et ses capacités en matière d’armes de destruction massive étaient inférieures à celles de la Libye , de la Corée du Nord ou de l’Iran. »

Le document affirme que le président Bush avait décidé de renverser Saddam Hussein près de huit mois avant que les troupes américaines et britanniques n’envahissent l’Irak. Résumant le point de vue de R. Dearlove, chef des services secrets, après qu’il ait consulté les responsables américains, le document déclare : « L’action militaire était désormais considérée comme inévitable. » Au même moment, l’administration Bush assurait le public que la décision de faire la guerre n’avait pas encore été prise et que l’Irak pouvait empêcher une action militaire en se pliant aux résolutions des Nations unies qui visaient à interrompre ses programmes de fabrication d’armes chimiques, nucléaires, biologiques et de missiles.

Le cabinet du premier ministre Tony Blair n’a pas contesté l’authenticité du document, mais la Maison Blanche a catégoriquement nié les faits avancés. John Conyers, représentant américain du House Judiciary Committee, a fait circuler une lettre ouverte demandant au président Bush davantage d’explications.

[Sources : The Chicago Tribune, Los Angeles Times, Etats-Unis]

Effet de serre : falsification de documents

The New York Times a obtenu des documents du Government Accountability Project (un groupe d’intérêt non lucratif qui offre son appui aux whistleblowers, des citoyens qui tirent sur la sonnette d’alarme) apportant la preuve qu’un fonctionnaire de la Maison Blanche a minimisé le lien existant entre le réchauffement climatique et les émissions de gaz à effet de serre.

Philip Cooney est le chef du conseil de la Maison Blanche pour la qualité de l’environnement, un organisme qui aide à fixer et à promouvoir la politique du gouvernement en matière d’environnement. Avant de rejoindre l’équipe de la Maison Blanche , il travaillait pour l’American Petroleum Institute, le plus grand groupe représentant les intérêts de l’industrie pétrolière. Il ne possède aucune formation scientifique, mais sur plusieurs rapports (en 2002 et en 2003) il a censuré et « corrigé » les résultats de recherches sur le changement climatique déjà approuvés par des scientifiques appointés par le gouvernement et ceux qui les supervisent (y compris certains hauts responsables de l’administration Bush).

Commentant les distorsions introduites par P. Cooney, les climatologues et les écologistes ont dit qu’elles étaient très significatives de l’influence discrète de P. Cooney et d’autres fonctionnaires ayant des attaches avec les industries énergétiques qui ont longtemps combattu les restrictions visant à diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

[Source : The New York Times, Etats-Unis]


La voix du peuple

La voix du peuple bolivien

La question de la gestion des ressources naturelles en Bolivie est à l’origine du renversement de deux présidents en l’espace de moins de deux ans. La pression exercée par les pauvres, y compris les indigènes boliviens, afin de nationaliser le secteur de l’énergie, a causé la démission du président Carlos Mesa, en juin 2005.

Par la suite, le Congrès bolivien a désigné Eduardo Rodriguez comme président. A la tête de la Cour suprême jusqu’à sa nomination, E. Rodriguez a accepté le poste avec l’objectif de provoquer de nouvelles élections afin de renouveler les pouvoirs publics. L’Armée et l’Eglise ont également joué un rôle clé dans cette tournure inattendue des événements, apportant tous les deux leur soutien à E. Rodriguez.

Après des semaines de manifestations, La Paz , capitale de la Bolivie , s’est réveillée en espérant que la nomination du nouveau président mette un terme aux quatre semaines de manifestations. Les organisations impliquées dans les manifestations se sont réunies, notamment à El Alto, théâtre de grandes manifestations sur les carburants, afin de décider de la continuation des manifestations jusqu’à ce que le nouveau gouvernement nationalise les énormes réserves de gaz naturel bolivien. Les manifestants ont brandi des banderoles où était écrit « Le peuple veut les nationalisations ».  

« Nous voulons retourner dans nos villages. Nous donnons dix jours au nouveau gouvernement pour nationaliser le gaz et convoquer une nouvelle assemblée constitutionnelle », a déclaré le leader des fermiers Roman Loayza. Evo Morales, le leader indigène de Movimiento al Socialisme (Mouvement pour le socialisme) réclame également une trêve avec le nouveau gouvernement jusqu’à ce que E. Rodriguez ait constitué son cabinet ministériel.

« Nous reviendrons manifester en masse dans les rues si ce président ne respecte pas la volonté du peuple, a déclaré un des ouvriers qui a participé à la dernière marche à La Paz.  La grève doit continuer jusqu’à ce que le secteur pétrolier soit nationalisé. Nous devons maintenir le blocus. »

« Nous n’avons rien à faire de ce nouveau président que nous trouvons médiocre, a déclaré Jaime Solares, leader de Central Obrera Boliviana (COB) qui est parmi les plus radicaux, à moins qu’il fasse ce que nous lui demandons. »

Les représentants de l’Eglise ont été plus modérés dans leurs réactions, mais leurs positions ont été néanmoins claires. Selon l’évêque de El Alto, Jesus Juarez : « Tout en étant dans le respect de la loi, les Boliviens ont le droit d’exiger que les hydrocarbures les aident à réduire leur pauvreté. Si les lois ne conviennent pas aux gens, nous devons alors nous réunir afin de les négocier, et non pas les imposer. »

Pendant ce temps, une trêve sociale semble s’être graduellement installée en Bolivie. La plupart des organisations sociales ayant participé au blocus national ont été invitées à une réunion avec le président Rodriguez afin de discuter, parmi d’autres sujets, de la nationalisation des hydrocarbures. Bien que le leader de l’organisation Fejuve Altena, Abel Mamani, ait déclaré que la plupart des organisations étaient prêtes à participer à la réunion afin de trouver une solution consensuelle, le secrétaire exécutif de COR, Edgar Patana, a dit qu’il préférait personnellement poursuivre les manifestations avant de rencontrer le gouvernement, « parce que nous n’avons pas encore atteint tous nos objectifs. Ils doivent continuer à écouter la voix du peuple. »

[Sources : La Razón de Bolivia, El Diario, Bolivie ; El País, Espagne]


En finir avec la pauvreté

Le rassemblement Make Poverty History (MPH) (En finir avec la pauvreté), programmé le 2 juillet à Edimbourg (Ecosse), vise les dirigeants des pays les plus riches du monde qui se réunissent pour le sommet du G8, à Gleneagles (Ecosse) du 6 au 9 juillet. La campagne du MPH, ainsi que celle du Jubilee Debt Campaign et de nombreuses autres organisations, réclament un commerce juste et équitable, l’annulation de la dette ainsi qu’une aide plus importante et efficace pour les pays les plus pauvres du monde. Des dizaines de milliers de personnes sont attendues pour ce rassemblement.

Ajouté à cela, le Global White Band Day (Journée mondiale des banderoles blanches) se déroulera le 1er juillet. Au cours de cette journée organisée par le Global Call to Action against Poverty (Appel mondial pour l’action contre la pauvreté), des banderoles blanches portant les mots « Make Poverty History » seront déployées sur la façade des immeubles, dans le monde entier, dans le but de demander aux leaders du G8 de prendre des mesures afin de favoriser un commerce plus juste et équitable, l’annulation de la dette ainsi qu’une aide plus importante et efficace.

Commencée en 2004, la campagne de Make Poverty History a connu une croissance rapide et forme maintenant une coalition regroupant 463 organisations, œuvres caritatives, syndicats, groupes religieux, et une sélection assez remarquable d’organisations représentant toutes les tendances politiques. Selon Richard Curtis, le fondateur de MPH : « Si 50 000 personnes mourraient à Londres le lundi, à Rome le mardi et à Paris le vendredi, les leaders du G8 trouveraient la solution. »

Au Royaume-Uni, plus de trois millions de personnes ont acheté un brassard blanc, symbole de l’organisation. Selon MPH : « En le portant, vous adhérez à un mouvement d’envergure mondiale sans précédent, dont le but est de mettre fin à l’extrême pauvreté – ainsi vous affirmez qu’il est temps d’empêcher le fait que plus de 200 000 personnes meurent chaque semaine de maladies tout à fait évitables. » L’ouvrage du MPH , How to defeat world poverty in seven easy steps (Sept étapes simples pour vaincre la pauvreté dans le monde), de Géraldine Bedell (Penguin), est rempli de bonnes idées pour s’impliquer.

Afin de marquer la campagne Make Poverty History, des concerts Live 8 organisés par le musicien et militant Bob Geldof se dérouleront le 2 juillet dans cinq grandes villes avec la participation de nombreux musiciens et chanteurs célèbres. D’autres rassemblements et concerts sont programmés à Edimbourg pour le 6 juillet en même temps que le sommet du G8. Vingt ans après les concerts du Live Aid, B. Geldof explique comment les gens peuvent apporter leur aide : « Live 8 incite les gens à travers le monde à s’unir dans un seul appel – en 2005 c’est votre voix qui nous intéresse, pas votre argent. »

Bob Geldof parle de l’occasion unique que représentent les événements d’Edimbourg : « C’est sans aucun doute un moment dans notre histoire où les gens ordinaires pourront saisir l’occasion de réaliser quelque chose de vraiment monumental et demander aux huit leaders mondiaux présents au G8 de mettre fin à la pauvreté. Le pouvoir de changer le cours de l’histoire est entre les mains des leaders du G8. Ils prendront les mesures nécessaires seulement si des dizaines de milliers de personnes leur montrent que trop c’est trop. En doublant l’aide, en annulant complètement la dette et en instaurant des relations commerciales justes avec l’Afrique, le G8 pourrait changer l’avenir de millions d’hommes, de femmes et d’enfants. »

[Sources : www.Makepovertyhistory.org ; www.Live8live.com ; www.white-band.org .]

 


Signes des temps

 Arcs-en-ciel dans une église

Un mystérieux arc-en-ciel est apparu  à deux reprises sur le plafond d’une église à Casey County, dans le Kentucky (Etats-Unis), en mai 2005.

Le pasteur Rick Hogue vit cet arc-en-ciel pour la première fois le 22 mai alors qu’il enseignait le catéchisme dans le sanctuaire de Rich Hill Christian Church. Il le décrivit comme un arc de lumière, d’environ deux mètres de diamètre, qui changea légèrement de longueur, de largeur et de couleur avant de disparaître.

L’image de l’arc-en-ciel est réapparue sur le plafond bas du sanctuaire au début du culte du matin devant soixante membres de la congrégation. Le pasteur Hogue a déclaré : « Il avait trois lumières brillantes au milieu. De nombreux témoins l’ont vu. Lorsqu’il est apparu tout le monde fut saisi de stupeur – il y eut un profond silence. L’éclat de cet arc-en-ciel était incroyable. » Sa femme en a décrit les couleurs : du pourpre, du rouge, du vert avec des traces de jaune.

Le ciel à l’extérieur était nuageux. Le pasteur ajusta les stores, déplaça les objets brillants et éteignit les lampes pour voir si un reflet de lumière était à l’origine de cet arc-en-ciel, mais celui-ci demeura inchangé et disparut seulement à la fin du culte. « Je continue à demander au Seigneur de me donner suffisamment de discernement pour comprendre vraiment ce que cet arc-en-ciel signifie », a déclaré R. Hogue.

[Sources : Courrier Journal, Casey Country, Etats-Unis]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que l’arc-en-ciel était un miracle manifesté par Maitreya.]


Le site international francophone Partage international sur Internet présente un nouveau « look »

Ce site Internet international francophone a été restructuré et sa présentation graphique modifiée. Vous êtes invités à le visiter à l’adresse http://partageinternational.org


 

La méditation de Transmission

 

La Transmission est une forme de méditation de groupe ayant pour objet de transmettre des énergies spirituelles, au bénéfice de l’humanité. Il s’agit d’un acte de service, qui s’effectue en coo­pération avec les Maîtres de Sagesse. Les Maîtres de Sagesse sont les êtres éclairés qui nous ont précédés sur le chemin de l’évolution. Ils ont atteint un degré d’évolution spirituelle tel que, de notre point de vue, ce sont des êtres parfaits. Ils servent le Plan d’évolution, travaillant avec de grands flux d’énergies qu’ils équilibrent et dirigent dans le monde selon les nécessités. Ils font ainsi progresser l’humanité sur le sentier de l’évolution, puisque c’est grâce au stimulus de ces énergies que toute vie évolue. Certaines énergies spirituelles sont d’une puissance telle qu’elles doivent être réduites en intensité pour que l’humanité puisse les assimiler. Le but des groupes de transmission est pré­cisément de réduire l’intensité de ces énergies. Ainsi ces groupes agissent-ils comme des « transformateurs ».

On trouvera quelques recommandations, utiles et simples, sur la manière de conduire une Transmission dans le livre de Benjamin Creme : la Transmission, une méditation pour le nouvel âge.

Il existe des groupes de transmission actifs, ouverts à tous, dans de nombreux pays. Aucune participation financière n’est demandée.

 

POUR CONSULTER LA LISTE DES GROUPES DE MÉDITATION DE TRANSMISSION DU QUÉBEC ET D’OTTAWA, OU  PÒUR CRÉER OU VOUS JOINDRE À UN GROUPE DE TRANSMISSION, VISITEZ LE SITE SUIVANT

 http ://taraquebec.org/t-groupes.html    

 

Pour les internautes européens qui désirent de l’information sur la Transmission et créer ou se joindre à un groupe, VISITEZ LE SITE SUIVANT

 

http://www.partageinternational.org/05_02.htm

 


Questions - réponses de Benjamin Creme dans la revue Partage international juillet/août 2005


 

Benjamin Creme traite, dans cette rubrique, toutes questions ayant trait aux activités de Maitreya et de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, ainsi qu’aux enseignements de la Sagesse éternelle, auxquelles il n’a pas répondu dans ses livres. Benjamin Creme ne souhaite pas se poser en arbitre de l’au­thenticité de l’activité et des communications des autres groupes. Veuillez donc vous abstenir de poser des questions sur ces sujets.

Les questions doivent être adressées à : Share Internatio­nal/Questions, PO Box 36-77, London NW5 IRU, G.-B.

Q. Pourriez-vous nous dire qui est derrière les récentes explosions de bombes en Iran, juste avant les élections ? Quelle est la raison de cet acte ?

R. Un groupe d’extrémistes chiites fondamentalistes qui considèrent que le gouvernement n’est pas totalement engagé dans le maintien de la pureté d’un Etat religieux.

Q. [1] Le « non » fracassant aux référendums sur la Constitution européenne illustre-t-il le fait que les dirigeants ont perdu contact avec leurs concitoyens ? [2] Les gens rejettent-ils la société dirigée par le marché néolibéral ? [3] Pensez-vous qu’il s’agit cette fois encore d’un exemple du pouvoir du peuple, un grand nombre de personnes ayant, semble-t-il, clairement montré leur désaccord aux politiciens qui avaient omis de les consulter ?

R. [1] Il est certain qu’en France et aux Pays-Bas les gouvernements semblent avoir perdu contact avec leur opinion publique. Si la Grande-Bretagne avait eu à répondre à ce référendum, je pense que le « non » aurait atteint 70 %. Je crois, cependant, que dans les nouveaux Etats membres, le « oui » l’emporterait largement. Ils se sentiraient, pour le moins, obligés de montrer de l’enthousiasme pour une Constitution européenne. [2] Non, je ne le pense pas. [3] Oui. La Constitution compte, en tout, environ 500 pages et peu de personnes ont eu le temps et le désir d’étudier un tel document. De nombreuses personnes ont eu, à juste titre, le sentiment qu’elles n’avaient pas été consultées, que les décisions avaient été prises par-dessus leurs têtes. D’où la force du « non ». Certaines personnes sentent qu’elles ont déjà perdu beaucoup de souveraineté et ne souhaitent pas voir s’instaurer des Etats unis d’Europe, idée qu’elles suspectent, également à juste titre, sous-jacente dans la Constitution. Elles se sentent manipulées par des politiciens non élus qui suivent leurs propres programmes.

Q. Je me souviens que Maitreya avait prédit la chute de Margaret Thatcher alors qu’elle était encore au sommet du pouvoir – la roue de la fortune ou du destin commençait à tourner en sa défaveur. M. Thatcher sembla tomber en disgrâce et perdre son poste assez rapidement. Un processus similaire est-il en train de se mettre en place en ce qui concerne George W. Bush et ses proches collaborateurs ?

R. Malheureusement non.

Q. On a l’impression que de nombreuses personnes considèrent réellement que cette année (2005) est le « moment crucial » pour s’attaquer à des questions essentielles – l’Afrique, la pauvreté, la dette, le sida, la pollution, l’environnement, etc. Comment expliquer cet « éveil » apparemment généralisé et la maturité qui semble se dessiner dans notre pensée collective ?

R. Ce dont nous sommes témoins, c’est de la réponse de l’humanité aux énergies déversées dans le monde par Maitreya et son groupe. La science de Maitreya porte enfin ses fruits. C’est une leçon claire pour l’humanité. Les nouvelles tendances se manifestent simultanément, sur différentes longueurs d’onde et dans différentes directions. Les vieux schémas commencent à s’effondrer et finalement les énergies sont suffisamment absorbées par l’humanité pour apporter le changement.

Q. Comment concilier le «  miracle » de l’existence de Maitreya et le libre arbitre humain ?

R. Vous découvrirez qu’en pratique il n’existe aucune contradiction. Pour les Maîtres, le libre arbitre des hommes est sacro-saint et ils ne l’enfreignent jamais. La venue de Maitreya dans le monde quotidien n’est pas réellement un miracle. Il vient selon la Loi et en accord avec le Plan. C’est simplement que la plupart des gens n’ont pas entendu parler de lui ni du Plan.

Q. Si les Maîtres, avant de pouvoir se manifester ouvertement, doivent attendre que l’humanité produise du bon karma, cela signifie-t-il qu’ils sont eux aussi assujettis au karma ?

R. Les Maîtres ne produisent pas de karma personnel mais leurs actions en relation avec l’humanité sont conditionnées par le karma mondial. L’humanité ne doit pas « produire du bon karma » mais seulement faire « les premiers pas » dans la bonne direction.

Q. Je crois comprendre que les frères de l’espace travaillent à la fois avec les scientifiques américains et avec les scientifiques russes dans le développement de la technologie de la lumière. [1] Les scientifiques de ces deux pays sont-ils conscients de développer chacun de leur côté cette technologie ? [2] Combien d’années d’avance les Russes ont-ils sur les Américains dans ce domaine ?

R. [1] Oui. [2] Environ deux ans.

Q. Dans les ouvrages d’Alice Bailey, le Maître Djwhal Khul a déclaré que derrière chaque problème dans le monde se trouvait un problème religieux. Comment cette question sera-t-elle résolue – Djwhal Khul a affirmé que cela prendrait longtemps ?

R. Effectivement, cela prendra longtemps. Il est vrai que derrière presque toutes les guerres et les combats qui se déroulent de par le monde existe une différence religieuse. La différence religieuse ne devrait pas poser de problème. Il a existé des endroits où chrétiens, juifs et musulmans ont vécu ensemble en paix pendant des centaines d’années. L’Espagne fut l’un d’entre eux. La différence religieuse peut exister, mais dès que se manifeste un problème extérieur, par exemple au niveau politique et économique, cette différence est mise en avant et elle prend une place prépondérante. Ceci est dû au fait que les croyances religieuses sont pour beaucoup d’individus les attaches émotionnelles les plus puissantes.

Lorsque l’Inde fut partagée, il y eut de terribles massacres. Des trains entiers d’Indiens hindous furent massacrés par des musulmans, et vice versa, au moment de la formation du Pakistan. Ces musulmans venaient d’Inde et ils avaient été Indiens, mais ils n’étaient pas hindous, ils étaient musulmans. Le conflit eut lieu entre musulmans et hindous plutôt qu’entre l’Inde et le Pakistan. Le Bengale qui faisait partie du Pakistan, fut ensuite impliqué et il y eut à nouveau un conflit entre musulmans et hindous. Le Bangladesh fut formé et la même chose se produisit.

Chaque fois que les pressions politico/économiques ne peuvent être résolues de manière relativement aisée, le conflit devient un conflit religieux. Et cela continuera. C’était et c’est toujours le cas en Irlande du Nord, même si les combats ont cessé ; c’est le cas au Nigeria et dans d’autres régions d’Afrique. Cette intolérance religieuse sera la dernière des grandes intolérances à être résolue. Les croyances religieuses d’un peuple lui sont plus chères que n’importe quoi d’autre, ce qui est une autre manière de dire que la relation de l’humanité à ce que nous appelons Dieu est plus forte que nous voulons bien l’admettre. La pensée religieuse prédomine dans l’esprit de la plupart des gens. Seuls les intellectuels cultivés d’Europe et de quelques autres pays ont une vision plus large et ne sont pas attachés à une religion particulière.

Ce n’est que lorsque l’on a renoncé à la religion tôt dans sa vie que l’on peut adopter cette position. Sinon la crainte d’être séparé du pays que l’on identifie avec sa religion prédomine. Tant que nous n’aurons pas appris à être plus tolérants, les choses continueront ainsi. Il existe trois domaines majeurs : le domaine politique, le domaine économique et le domaine religieux, où une manière d’agir erronée débouche sur une idéologie corrompue ou un totalitarisme. Il y a les idéologies politiques, l’idéologie démocrate, fasciste, communiste, etc. Le totalitarisme politique connaît un réel déclin.

Le totalitarisme économique est en plein essor. C’est la raison pour laquelle Maitreya traitera ce problème en priorité, car c’est la clé des autres, la clé de la tolérance nécessaire dans nos rapports avec autrui. Le dernier à disparaître, actuellement au summum de sa puissance et de son influence, sera le totalitarisme religieux. Mais lorsqu’on a atteint le sommet, on ne peut que redescendre. L’influence du totalitarisme religieux diminuera progressivement, mais cela prendra du temps.


ABONNEMENT

À La revue Partage International

 

Vous abonner à la revue Partage international constitue aussi un excellent moyen d’être au courant des dernières nouvelles sur l’Émergence de Maitreya, de lire 10 fois l’an un article du Maître de Benjamin Creme, ainsi que des articles de collaborateurs de la revue portant sur des sujets chers au cœur de Maitreya, comme le partage, la justice, la paix dans le monde.

 

La revue Partage international est depuis janvier 2002 une traduction intégrale de la revue en anglais Share International, et du même format.

  

Si vous êtes du Québec et que vous désirez vous y abonner, retournez-nous le bon de commande que vous trouverez à

 http://taraquebec.org/catalog.htm  avec votre paiement (70.00$ pour 1 an).

 

Pour les internautes européens qui désirent s’y abonner allez à

http://partageinternational.org/approfondir/44_3-bon-commande.php 

 


DIFFUSEZ le Bulletin de nouvelles GRATUIT PAR COURRIEL, L’Émergence

 

Si vous avez des amis(es) qui montrent un intérêt pour les sujets spirituels et qui ont accès à un courrier élec­tronique (email), vous pou­vez leur transmettre ce bulletin par courriel (email), les invitant à le parcourir, et s’ils le désirent à s’inscrire.

 

Pour recevoir notre bulle­tin de nouvelles  « L’ÉMERGENCE »  par courriel (email) dix fois l’an, allez à

http://taraquebec.org/inscription.htm


Réseau Tara Canada (Québec)

C.P. 156, Succursale Ahuntsic
Montréal, (Québec) H3L 3N7

Région de Montréal: Tél. et fax. (514) 384-1921
Extérieur de la région de Montréal (sans frais)  1-877-384-1921
Envoi d’un courrier :
http://taraquebec.org/tara.html

 

Site Internet au Québec : http://taraquebec.org   

Site francophone international : http://partageinternational.org

Site de la revue Partage international : http://partageinternational.ch

Sites en 20 autres langues : http://taraquebec.org/langues.html


Pour vous désabonner allez à  http://taraquebec.org/inscription.htm