L’ÉMERGENCE

Publication gratuite du Réseau Tara Canada (Québec)

Bulletin d’information de juin 2003

Vous recevez ce Bulletin parce que vous vous êtes abonné à http://taraquebec.org/inscription.htm

Pour vous désabonner cliquez sur le lien qui précède ou allez à la fin du bulletin.


Nous ne sommes reliés à aucun groupe religieux, mais nous respectons la Vérité qui est présente dans toutes les cultures spirituelles.  Nous vous présentons ce message d'espoir en tant qu'information seulement. S'il vous apparaît vrai ou digne d'intérêt, nous vous invitons à le partager avec vos amis (es).


Conférences de Benjamin Creme

 

Le 10 juin à Londres, Grande Bretagne

Le 8 juillet à Londres, Grande-Bretagne

Le 23 juillet à New York, États-Unis

Le 30 juillet à Los Angeles, États-Unis

Le 3 août à San Francisco, États-Unis

 (voir plus bas pour des informations plus précises)


CALENDRIER DES CONFÉRENCES
PRINTEMPS ET ÉTÉ 2003 AU QUÉBEC, CANADA

Date

Heure

Lieu

Titre

Mercredi, 11 juin 03

19 h 30

Montréal, À Montréal, au Commensal, 1720 St.-Denis, 3ième étage, métro Berri-UQAM

Perspective spirituelle sur la mondialisation ; Le retour de l'Enseignant mondial

Mercredi, 9 juillet 03

19 h 30

Montréal, à l'UQAM, 400 rue Ste-Catherine est, coin St-Denis, métro Berri-UQAM, Pavillon Hubert-Aquin, 2ième étage, salle A-2835

La Méditation de transmission, une méditation de groupe au service de l'humanité et le retour des Maîtres de Sagesse

Mardi, 19 août 03

19 h 30

Montréal, à l'UQAM, 400 rue Ste-Catherine est, coin St-Denis, métro Berri-UQAM, Pavillon Hubert-Aquin, 2ième étage, salle A-2835

La Méditation de transmission, une méditation de groupe au service de l'humanité et le retour des Maîtres de Sagesse

 

Visitez régulièrement http://taraquebec.org/conferences/conferen.htm pour prendre connaissance des modifications et des ajouts au calendrier.

 

Informations : tél. 514-384-1921 (répondeur)


CRÉER LA CONFIANCE…

 

« … Le principe divin du partage est au cœur même de la vie ; il sous-tend toute harmonie et tout équilibre.

 

Sans partage, toute tentative de parvenir à l’équilibre se réduit à néant.

Les hommes savent depuis des siècles que ceci est vrai. Ces idées ont imprégné les grands mouvements qui ont donné au concept de liberté ses lettres de noblesse. Elles constituent le fondement même de la Constitution de nombreux pays. Pourquoi les  hommes ont-ils alors tant de mal à les appliquer ? Pourquoi tolèrent-ils depuis si longtemps que ces idées restent lettre morte ?…  »

 

Extrait de l’article du Maître, Partage international, juin  2003

 (voir l’article complet  plus bas)

 


Nous continuons de suggérer à nos lecteurs de manifester, de méditer et de participer aux activités en faveur de la Paix. Continuons à prendre position avec assurance en faveur de la Paix.


Créer la confiance

par le Maître, à travers Benjamin Creme

Le Maître est un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, dont le nom est bien connu des cercles ésotériques. Pour diverses raisons, son identité n'est pas révélée. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître qui lui dicte ses articles

Si les hommes veulent connaître la paix, il est de leur devoir d’en créer les conditions. Il n’existe qu’une seule manière de parvenir à la paix et tous les hommes le savent au fond de leur cœur : établir la justice. Lorsque les hommes reconnaîtront enfin que la justice est nécessaire, pour eux-mêmes et pour les autres, le jour béni de la paix se lèvera sur la Terre. Le sentier de la justice, lui non plus, n’est pas difficile à trouver ; il n’exige rien d’autre que l’acceptation du partage.

 

Le principe divin du partage est au cœur même de la vie ; il sous-tend toute harmonie et tout équilibre.

 

Sans partage, toute tentative de parvenir à l’équilibre se réduit à néant.

Les hommes savent depuis des siècles que ceci est vrai. Ces idées ont imprégné les grands mouvements qui ont donné au concept de liberté ses lettres de noblesse. Elles constituent le fondement même de la Constitution de nombreux pays. Pourquoi les  hommes ont-ils alors tant de mal à les appliquer ? Pourquoi tolèrent-ils depuis si longtemps que ces idées restent lettre morte ?

 

Les réponses à ces questions sont multiples, mais il existe une cause dominante et particulièrement tenace : les hommes vivent dans la peur. La peur du changement, la peur de perdre quelque chose, de connaître une insécurité plus grande encore, remplit l’esprit de millions d’hommes et engendre l’inertie qui les attache aux façons de faire du passé. Ces dernières peuvent être onéreuses et difficiles à supporter, mais elles sont connues : ce sont les façons de faire de leurs ancêtres. Ce conditionnement imprègne le monde et y règne en maître, habilement manipulé et nourri par des hommes avides et puissants.

 

La confiance

 

La peur naît lorsque la confiance fait défaut ; rares sont ceux qui font confiance à leurs semblables. Les hommes ont perdu depuis longtemps le sens de leur unité, et ne se considèrent plus comme des frères et sœurs, engagés ensemble dans les tâches de la vie, partageant ces tâches pour le bien de tous, et partageant également les ressources nécessaires aux besoins de chacun.

 

La redécouverte de cet héritage commun galvanisera l’humanité et l’éveillera au sens de sa destinée : créer une manière de vivre qui permette aux hommes de participer à la création divine.

 

C’est la mission de Maitreya de rappeler aux hommes leur destinée héroïque et de les persuader que le fait de partager engendrera la confiance qu’ils recherchent. Il leur montrera que le partage n’est plus une option, un simple choix, mais la conséquence inévitable de leur prise de conscience que l’humanité est Une. Ainsi Maitreya et les Maîtres aideront-ils l’humanité à s’écarter de l’abîme qui, aux yeux de beaucoup, menace de l’engloutir. Ainsi les hommes s’engageront-ils d’un pas assuré sur la voie qui leur permettra de réaliser leur destinée divine.

 

Partage international, mai 2003


LES ENSEIGNEMENTS DE MAITREYA

 

Nous débutons, dans le Bulletin de ce mois, la présentation de certains enseignements de Maitreya. Chaque mois, nous présenterons un thème différent. Nous débutons par le thème « Le Soi ».

 

Entre 1988 et 1993, Maitreya, l'Instructeur mondial, a communiqué une série de prévisions et d'analyses sur l'état du monde, ainsi que des fragments de ses enseignements.

L'un de ses plus proches collaborateurs de la communauté asiatique de Londres les a transmis à Partage international pour publication et diffusion sous forme de communiqués de presse aux médias du monde entier. Exprimés dans les termes de ce collaborateur, les enseignements spirituels de Maitreya sont ici regroupés par thèmes, dans le but d'en faciliter l'étude et leur application dans la vie quotidienne.

 

Le Soi

 

« Prenez ma main, mes amis, et laissez-moi vous conduire par‑dessus la rivière, vous guider par delà le pont étroit, vous montrer la beauté qui demeure sur l'autre rive.

Cette beauté, mes amis, est votre vérita­ble Soi. » [Message de Maitreya n° 130]

 

« Seul le Soi compte. » Vous êtes le Soi, « un être immortel ». La souffrance est engen­drée par l'identification avec tout ce qui n'est pas le Soi. Interrogez-vous : « Qui suis-je ? » Vous vous apercevrez que vous vous êtes identifiés soit à la matière (le corps), soit à la pensée (le mental), soit au pouvoir (l'esprit). Mais vous n'êtes rien de tout cela. « Le mental, l'esprit et le corps sont les temples du Seigneur. Le Soi expérimente en eux l'Etre et le Devenir suprêmes du Seigneur. » Etre est éternel, devenir représente le déploiement dans le temps et l'espace. Le Soi connaît ces deux états. [Partage International, décembre 1988]

 

Lorsque grâce à l'honnêteté, à la sincérité et au détachement, vous vous ouvrez aux mys­tères de la vie, le Soi commence à s'animer et peut alors entrer dans le mental, dans l'esprit et même dans le corps par la respira­tion, et s'en aller à volonté. Si ce n'est pas le cas, le mental, l'esprit et le corps souffrent de famine, et le Soi devient le prisonnier du conscient et du subconscient, qui dominent le mental et l'esprit par les forces de l'ins­tinct. [PI, septembre 1988]

 

Le Soi est présence, conscience et lumière : présence dans le temps, conscience dans l'éternité, et lumière. Maitreya a affirmé : « Nous sommes tous des étincelles du Tout-Puissant. » [PI, décembre 1989]

 

La vérité sur la divinité ‑ La divinité n'est pas extérieure, mais réside simultanément dans le cœur et dans l'univers, dans toute la création. A travers ce processus, le Soi per­çoit sa propre identité comme étant distincte de tous les faits extérieurs et intérieurs. Le Soi individuel perçoit ainsi pour la première fois que Celui en lequel il prend son origine, Celui qui le rend conscient, ne peut être limité mais est universel : Il est le Guide du Soi individuel dans son Etre et dans son devenir. Sa présence est perceptible partout. [PI, avril 1989]

 

Selon Maitreya, lorsque le Soi passe d'une étape de la vie à l'autre, toutes les expérien­ces de création sont emmagasinées dans la conscience. Cette conscience devient le creuset de l'éveil. Plus l'on s'approche de l'Etre suprême, plus la conscience se déve­loppe autour du Soi. Alors, le Soi fait l'ex­périence des pouvoirs divins, de la Présence divine et de celle des déités. Maitreya dit « Si vous adorez ces déités, en fait, vous adorez le pouvoir. Que se passe-t-il si vous adorez ces pouvoirs ? Vous essayez de créer la conscience autour du pouvoir, et parfois vous pouvez utiliser le pouvoir pour trans­muer, etc., mais cela amènera-t-il le salut ? Non. » C'est pourquoi Maitreya dit: « On ne doit pas poursuivre mes pouvoirs, mais les respecter avec un profond sentiment de dé­tachement. » Une fois ce processus accom­pli, même avec des pouvoirs divins, spiri­tuels, alors le Seigneur ouvre la porte, et le Soi « s'assied aux côtés du Seigneur » ‑ c'est-à-dire dans l'Etre suprême. [PI, sep­tembre 1990]

 

Il est important d'avoir présent à l'esprit que lorsque vous adhérez à une idéologie, à un « isme » quelconque, ce n'est pas vous qui agissez. Les forces mystérieuses de la créa­tion vous entourent alors, et se jouent de vous, vous donnant l'impression que vous êtes l'auteur de l'action.

Mais le Soi n'est jamais l'auteur de l'ac­tion. Dans la conscience, le Soi observe sim­plement. La conscience éveillée, le Soi peut reconnaître l'auteur de l'action car, dans cet état de conscience, il y a compréhension, connaissance, sagesse et intelligence, libres de tous les « ismes » . [PI, juin 1989)

 

Par l'intermédiaire de médiums, on n'entre pas en contact avec le Soi, mais avec le mental ‑ l'état d'esprit de la personne concernée. Le Soi, quant à lui, ne peut jamais être contacté. L'« esprit », le « men­tal » , ne vous appartiennent pas. Ce que vous percevez dans votre mental et dans votre esprit, vous le revendiquez comme étant vôtre. Ces perceptions sont vôtres tant que le Soi demeure en contact avec le men­tal, avec l'esprit et avec le corps. Le mental, l'esprit et le corps appartiennent à l'univer­sel, et le Soi les pénètre. Le médium déve­loppe l'art de communiquer avec le mental et avec l'esprit. Mais le Soi est au-delà du mental, de l'esprit et du corps. [PI, avril 1989]

 

Pour comprendre la différence entre le Soi et la personnalité, pensez au serpent. Il y a de la lumière dans le serpent. Dans cet exemple, la lumière a la « personnalité » du serpent. Cette « personnalité » peut se manifester dans le mental, l'esprit et le corps. Si le Soi n'est pas conscient, il peut montrer des signes de confusion et de doute. Le Soi expérimente la création dans le mental, l'esprit et le corps, car la création existe dans le mental, l'esprit et le corps. Si le Soi est « pris » dans des « poches de lumière, il peut faire l'expé­rience d'une matérialisation soudaine ‑ du serpent, par exemple ‑ dans le mental, l'es­prit et le corps. Ce sont des illusions, des hallucinations. [PI, septembre 1990]

 

Qu'advient-il du Soi ? Le Soi est un témoin. Le Soi joue, en réduction, le rôle du Tout Puissant. Le Soi est une étincelle du Tout­ Puissant. Le Soi ne fait qu'observer les processus du mental, de l'esprit et du corps. En ce sens également, le Tout-Puissant n'interfère jamais avec le Devenir. Le Soi se fait connaître grâce à la conscience. Le Soi rend le mental, l'esprit et le corps conscients de la réalité. Alors, le mental, l'esprit et le corps respectent la conscience du Soi et agissent en conséquence. Maitreya a dé­claré : « Laissez croître votre conscience. La conscience, associée à l'intelligence, guidera le mental, l'esprit et le corps, ce qui engendrera l'harmonie entre le mental, l'esprit et le corps d'une part, et le Soi d'autre part. » Le Soi peut alors utiliser les forces de la Vie pour transformer ce qui l'entoure et effectuer des « miracles ». Le mental, l'esprit et le corps ne sont que des véhicules. [PI, janvier/février 1990]

 

Le Soi entre et sort à volonté du mental, de l'esprit et du corps, et fait l'expérience des beautés de la nature ‑ beautés jusqu'à pré­sent seulement expérimentées par les yogis, les saints et les gourous. Traditionnelle­ment, les hommes ne croyaient pouvoir atteindre de telles expériences qu'à travers les livres sacrés du Coran, de la Bible et de la Gita, et en menant des vies exceptionnel­lement justes. Il n'en va plus ainsi maintenant. Le Soi apprenant à se mouvoir à tra­vers le mental, l'esprit et le corps, ces expé­riences merveilleuses peuvent devenir quo­tidiennes. [PI, avril 1990]

 

L'ego va et vient. Le Soi est témoin. [PI, mars 1992]


Urgences mondiales et crises constitutionnelles

par Patricia Pitchon

 

La réduction de la part de leurs richesses que les pays industrialisés consentent à partager avec les pays pauvres constitue l’une des plus grandes hontes de ce début de XXIe siècle. Le simple respect de l’engagement qu’ils avaient pris, dans les années 1970, de consacrer 0,7 % de leur PNB à l’aide au tiers monde augmenterait celle-ci de près de 100 milliards de dollars par an.

 

Qui plus est, nombre de pays pauvres n’ont pas accès aux marchés occidentaux, sauf pour quelques produits agricoles spécifiques – dont les cours, d’ailleurs, ne cessent de descendre. Un protectionnisme renforcé par les subventions (360 milliards de dollars) que les nations riches distribuent à leurs propres agricultures. D’où des tensions croissantes avec les pays pauvres.

 

Enfin, à ce recul de l’aide et à ces barrières aux exportations vient s’ajouter le poids de la dette. Les institutions financières et politiques semblent plus que réticentes à l’idée d’une annulation significative de cette dette, une annulation qui faciliterait pourtant le démarrage de l’économie de bon nombre de pays pauvres. Cette situation de déséquilibre leur interdit de rembourser leurs emprunts et les condamne à une sorte « d’esclavage de la dette » ; elle crée des fossés toujours plus larges dans le domaine de l’éducation et de la formation, et produit des crises sanitaires, des tensions sociales, des migrations massives et une dégradation de l’environnement, pour ne rien dire des risques de guerre entre ces pays qui se jettent dans une mêlée désespérée pour trouver les ressources vitales.

 

Penser aux conséquences de la croissance démographique

 

Dans un ouvrage récent, High Noon*, Jean-François Rischard, vice-président pour l’Europe de la Banque mondiale, propose toute une série de réformes radicales, dont le tableau d’ensemble de la situation mondiale qu’il nous dépeint, chiffres à l’appui, montre la nécessité. Par exemple, 25 % de la population africaine vit avec moins de 60 centimes par jour, et 65 % des Asiatiques avec moins d’un euro – soit plus d’un milliard d’individus. Et près d’un homme sur deux, c’est-à-dire environ trois milliards, vit avec moins de deux euros par jour. Alors que 20 % de la population mondiale consomme 85 % des biens et services.

 

Les projections de la croissance démographique indiquent que nous passerons de six milliards aujourd’hui à près de huit d’ici 2020 à 2025. Ce qui veut dire qu’une personne sur trois manquera d’eau. Et que la production agro-alimentaire mondiale devra augmenter de 40 %. Deux problèmes tout à fait surmontables, à condition de transformer en profondeur les mécanismes de prises de décision dans les principales institutions mondiales, qui sont aujourd’hui mal équipées pour répondre rapidement, et avec imagination, à la croissance de la population et de la demande mondiales en biens de première nécessité.

 

Les grandes institutions multilatérales actuelles (comme les organismes intergouvernementaux, le FMI, la Banque mondiale, l’OMC, diverses agences des Nations unies, ainsi que d’autres organisations spécialisées dans des domaines comme l’environnement, etc.), du fait de la lenteur glaciale avec laquelle elles interviennent, ne sont plus adaptées à la situation actuelle. L’auteur voit dans cette inadéquation la raison majeure de leur perte de représentativité, du décalage qui existe entre elles et des citoyens qui ressentent avec de plus en plus de force et de précision les urgences. Ainsi le total de la remise de dettes qu’elles ont consentie aux pays pauvres les plus endettés s’élève, pour la dernière décennie, à 30 milliards de dollars en tout et pour tout – un chiffre à mettre en rapport avec d’autres postes de dépenses, par exemple, les 360 milliards par an de subventions agricoles dans les pays riches.

 

Décider autrement

 

Pour faire face à la complexité inhérente à la croissance démographique et aux autres grands problèmes planétaires – tels ceux, intimement liés, de la réduction de la pauvreté et de l’amélioration du niveau sanitaire, de l’environnement et de l’éducation – J.-F. Rischard propose des changements radicaux dans les processus et mécanismes de prise de décision, ainsi que le renforcement de la coopération entre trois secteurs cruciaux : la société civile, le gouvernement et le monde des affaires.

 

Les grandes organisations et institutions sont des systèmes de type hiérarchique, stratifié, où les principales décisions se prennent au sommet et où règlements et contrôles occupent une place centrale. Ce qui les rend stables, mais aussi rigides, et incapables d’intervenir rapidement dans les situations de crise. J.-F. Rischard propose donc la création d’organismes spécifiques pour chaque problème mondial – citons, parmi la vingtaine qu’il énumère, la pénurie d’eau, l’éducation, la pollution de l’air, du sol et de l’eau, les grandes maladies infectieuses, le réchauffement planétaire, etc. Ces organismes, véritables plaques tournantes entre ces trois secteurs, rassembleraient les meilleures compétences, tout en étant non-hiérarchiques et ouverts à toutes les collaborations. Dépourvus de tout pouvoir de légiférer, ils auraient pour seule tâche d’élaborer des normes et d’exercer une pression pour les faire respecter – en particulier en faisant jouer les « effets de réputation », c’est-à-dire à « noter » les pratiques et les politiques et à en faire connaître les responsables. Ces organismes (que J.-F. Rischard baptise « véhicules de solution de problèmes » en référence à leur caractère léger et dynamique) devraient être en mesure de profiter de la compétence des institutions existantes, de s’appuyer sur le pouvoir législatif des gouvernements et de tirer le meilleur de ce qui s’est fait au niveau multilatéral.

 

Selon J.-F. Rischard, cette réforme vise à faire peu à peu passer du gouvernement hiérarchique traditionnel à ce que l’on pourrait appeler une « gouvernance en réseaux ». Ces réseaux, chacun spécialisé dans un des grands problèmes mondiaux énumérés plus haut, créeraient un nouveau type d’espace public, favorisant ainsi le renforcement de la coopération entre différents secteurs.

 

Société civile, gouvernements et monde des affaires

 

La dernière décennie a vu une croissance rapide du nombre d’ONG, que ce soit des groupes de défense, des syndicats, des organisations religieuses, humanitaires, des groupes d’information du public, etc. Cent mille ONG se sont créées depuis dix ans en Europe de l’Est, selon J.-F. Rischard, et les Etats-Unis en comptent deux millions. Elles s’associent entre elles avec toujours plus de facilité, notamment grâce aux nouvelles technologies, comme Internet – ce qui accroît leur efficacité et illustre on ne peut mieux les avantages d’un fonctionnement en réseau, un fonctionnement qui a permis, par exemple, d’élargir l’échelle des protestations publiques. Des enquêtes récentes menées aux Etats-Unis et en Europe montrent que leur capacité à repérer les urgences et leur rapidité d’intervention leur ont valu une confiance croissante dans l’opinion – qui se traduit par une augmentation des dons et des adhésions. Pour J.-F. Rischard, ce mode de fonctionnement des ONG, les compétences qu’elles montrent dans leurs domaines respectifs (et qui n’ont rien à envier à celles des experts officiels) et leur ouverture à la dimension internationale montrent la seule voie qui permettra de donner une solution aux problèmes complexes de notre époque.

On retrouve ces trois caractéristiques dans le monde des affaires. Les multinationales possèdent elles aussi une perspective mondiale unique, bien supérieure à celle des gouvernements. Elles ont également un savoir-faire dont on ne saurait se passer si l’on veut régler des problèmes comme le développement des énergies renouvelables, la mise en œuvre de techniques de désalinisation de l’eau moins chères et plus efficaces, ainsi que de systèmes de production agroalimentaire durables et de distribution plus satisfaisants. J.-F. Rischard énumère quatre niveaux ou quatre stades dans la prise de conscience de leurs responsabilités :

 

– création d’un petit service caritatif ;

– départements de responsabilité plus étoffés, en réponse à des attaques d’ONG sur des problèmes de dégradation écologique et de pratiques de travail douteuses ;

– prise d’initiative dans le domaine du développement : par exemple, l’une d’entre elles a créé un service d’éducation en ligne ;

– d’autres travaillent directement à la solution de problèmes mondiaux, en collaboration avec les gouvernements et des représentants de la société civile, ONG par exemple.

Quant aux États, ils seraient les premiers bénéficiaires de cette coopération, qui les aiderait à surmonter leur blocage relatif sur les grands enjeux internationaux et à affronter la complexité croissante des affaires humaines, face à laquelle ils sont en première ligne – J.-F. Rischard déclare qu’ils sont « en état de siège ». Il cite, par exemple, la réaction effarée des experts du gouvernement venus enquêter sur Enron « cette compagnie d’énergie gigantesque, sans véritables règles de fonctionnement, qui faisait commerce de quelque 2 000 produits », devant l’étendue et l’enchevêtrement de ses activités et de ses combines. Comment mieux illustrer la nécessité d’instaurer des partenariats triples entre gouvernements, monde des affaires et société civile si l’on veut résoudre des problèmes qui jusqu’à présent nous dépassent ? Des partenariats qu’il s’attend à voir fleurir d’ici les vingt prochaines années à tous les niveaux : local, régional et international.

Partage international, juin 2003


Le Réseau a présenté 13 conférences au Québec durant l’hiver et le printemps 2003

 

Les conférenciers du Réseau ont présenté 13 conférences au Québec, à Montréal et en régions, durant les périodes d’hiver et du printemps 2003. Les présences lors de ces événements se situaient habituellement entre 7 à 35 personnes par conférence.

 

Les thèmes abordés lors de ces présentations furent 1) L’Émergence de l’Enseignant planétaire 2) La méditation de Transmission, une méditation de groupe au service de l’humanité 3) Perspectives spirituelles sur la mondialisation et le retour de l’Enseignant mondial et 4) La destinée de l’humanité : le retour de l’Enseignant planétaire et des Maîtres de sagesse en ces temps chaotiques.

 

La dernière conférence du printemps aura lieu le 11 juin et des conférences seront présentées durant l’été (voir le calendrier plus haut).


Fréquentation de notre site Internet québécois www.taraquebec.org

 

Lors des 12 derniers mois, 37 955 internautes ont participé à 71 533 visites sur notre site, soit environ 200 visites par jour en moyenne. Lors de ces visites, ils ont consultés l’ensemble des 153 pages du site à 182 970 reprises, certaines pages plus fréquemment que d’autres.

 

Nous avons observé une diminution de 15 à 20% dans la fréquentation de notre site lors des mois de février et mars, mois où les préparations de guerre et la guerre en Irak a eue lieu. Il semble que l’Internet a été délaissé, au profit de la télévision et de la radio, durant cette période.

 

Nous considérons que l’Internet demeure un outil utile pour répandre notre message à une partie de la population.


Commentaires sur les événements mondiaux

Nos lecteurs, qui désirent relire les articles du Maître et les rubriques Questions/réponses publiées dans la revue Partage international dans les numéros de septembre 2001 à juin 2003, n’ont qu’à cliquer sur le lien qui suit : http://www.taraquebec.org/evenemen.htm


Organisation d’un voyage pour assister à la conférence de Benjamin Creme à New York, Etats-Unis, en juillet

 

Quelques personnes de la région de Montréal ont manifesté leur intérêt à participer à un voyage à New York, en juillet, pour assister à la conférence de Benjamin Creme et à l’expérience de méditation de transmission publique. L’an passé un tel voyage fut organisé par un groupe de 10 personnes du Québec.

 

Si vous désirez vous joindre à ces personnes, dans un voyage de groupe ou autrement, manifestez votre intérêt en téléphonant au 514-384-1921. Nous mettrons toutes ces personnes en relation et elles pourront alors tenter de planifier ce voyage.

 

Nous rappelons que les dates  de ces activités sont le 23 juillet pour la conférence et le 24 juillet pour la méditation.


Dans "Questions-Réponses" de la revue Partage international, Benjamin Creme répond aux lecteurs.

Revue Partage international, juin 2003

 

 Cliquez ici :  http://www.partageinternational.ch/revuepi/pi200306.htm 


­BÉNÉDICTIONS SPÉCIALES DE MAITREYA LORS DES FÊTES DU PRINTEMPS

 

À l'occasion des trois Fê­tes spiri­tuelles du prin­temps, il y aura une béné­diction spéciale de Maitreya à 15 heures (heure locale). La dernière bénédiction aura lieu le di­man­che 15 juin 2003. Nous vous invi­tons à profiter de cette énergie d'a­mour, spé­ciale­ment of­ferte par Maitreya.


INVITATION À DES MÉDITATION DE TRANSMISSION DE 8 HEURES, DE 6 HEURES ET DE 3 HEURES À MONTRÉAL ET A SHERBROOKE, LORS DE LA FÊTE DE L’HUMANITÉ, LA DERNIÈRE DES FÊTES SPIRITUELLES DU PRINTEMPS

 

De nombreux groupes de transmission cé­lébreront les trois Fêtes du printemps en organisant des Transmissions d’une durée de huit, douze ou vingt-quatre heures. Au moment des plei­nes lunes du printemps, les énergies spiri­tuelles sont au summum de leur puissance, en raison de l'alignement Terre-Lune-So­leil et du pouvoir de ces anciennes fêtes, ce qui fournit une opportunité unique pour le service spirituel.

 

Le samedi 14 juin, nous invitons tous les mem­bres des groupes de Trans­mission et tous les amis du Réseau Tara Canada (Québec) à se joindre à l’un ou l’autre de deux groupes de Mon­tréal et d’un groupe de Sherbrooke pour une médita­tion qui se pour­sui­vra durant une période de 8 heures, de 6 heures et de 3 heures consécutives.

 

·        Un groupe se réunira dans le quartier Ahuntsic, à Montréal, entre 10 heures et 18 heures, soit 8 heures consécutives. Pour des infor­mations sur l'endroit où se tiendra cette méditation : Tél. (514) 384-1921  (répon­deur)

 

·        Un autre groupe se réunira dans le quartier Côte-des Neiges, à Montréal, entre 18 heures et 24 heures, soit 6 heures consécutives. Pour des infor­mations sur l'endroit où se tiendra cette méditation : Tél. (514) 731-2594

 

·        Un autre groupe se réunira dans la ville de Sherbrooke, entre 14 heures et 17 heures, soit 3 heures consécutives. Pour des infor­mations sur l'endroit où se tiendra cette méditation : Tél. (819) 569-3416

 

Il est bien entendu que chaque indivi­du n'est pas obligé de méditer pendant 8 heures, 6 heures ou 3 heures consécutives, et qu'il sera possible à chacun et chacune de se joindre au grou­pe, en silence, à n'importe quel moment durant cette médita­tion, et de la quitter, en silence, lorsqu'il ou elle le désire.

   


Pour l’achat de livres, de documents thématiques, de cassettes, de vidéos, de cartes, etc. au Québec

 

Pour l’achat au Québec

·        de livres de Benjamin Creme ou de Wayne Peterson en français ou en anglais;

·        de documents thématiques sur la Science des 7 Rayons d’énergie, le processus d’évolution de l’être humain, l’antahkarana, la co-opération, etc.;

·        d’audiocassettes sur la méditation de Transmission;

·        de vidéocassettes sur les croix de lumières, les sources de vie et l’événement qui va changer le cours de l’histoire;

·        ainsi que de cartes de la Grande Invocation, etc.,

 

Imprimez notre Bon de commande en visitant l’adresse suivante : http://taraquebec.org/catalog.htm 


CHERCHEZ-NOUS SUR INTERNET ET VOUS NOUS TROUVEREZ

 

Les groupes francophones mondiaux ont créé et gèrent plusieurs sites sur INTER­NET. Si vous avez accès à INTERNET, nous vous invi­tons à visiter nos pages. Voici les adresses de certains de nos sites :­­

 

 

Pour le site international francophone : http://partageinternational.org

 

Pour un site au Québec : http://taraquebec.org

 

Pour le site de la revue Partage Inter­na­tional, en Suisse, visitez :

http://www.partageinternational.ch

 

 

Pour le site en anglais de Share International USA, visitez :

http://www.share-international.org

 

Pour des sites en 19 autres langues : http://taraquebec.org/langues.htm

 

 

Pour obtenir le bulletin gratuit par courriel (email) :

http://taraquebec.org/inscription.htm

Recommandez la visite de nos sites à vos parents et amis. Merci !


Invitation à nos amis les journalistes d’utiliser gratuitement des articles de la revue Share International

 

Le « Share International Media Service » (SIMS) gère un site Web réservé aux journalistes et aux chercheurs. Il contient plus de 650 articles en anglais, qui peuvent être utilisés comme références ou reproduits en mentionnant leur source (Share International Magazine, PO BOX 971, North Hollywood, CA 91603 USA. www.share-international.org). Si vous désirez consulter ce site, veuillez envoyer votre nom, le nom de l'organisation que vous représentez et votre numéro de téléphone à : media@partageinternational.org. L'adresse de ce site Web vous sera expédiée par courriel (e-mail).

Note : les informations fournies ne seront utilisées qu'à cette seule fin et pour aucun autre usage.

 

Voici une liste des thèmes identifiés : Articles by the Master, the Environment, Health and healing, Maitreya’s teachings, Miracles, Native teaching and prophecies, People making a difference, Science, Social/economic/political, Spirituality and Ageless wisdom, Women’s issues.

 

Certains de ces articles ont été traduits en français et publiés dans la revue « Partage international ».

 

Nous invitons les lecteurs qui sont en contact avec des journalistes de les informer de cette opportunité.


Conférences de Benjamin Creme en 2003 (partiel)

Toutes les conférences sont en anglais. Des traductions sont réalisées en direct pour les pays non anglophones.

GRANDE-BRETAGNE 

Londres :

Attention: changement de lieu : Les conférences publiques y sont données à Friends House, 173/177 Euston Road, London NW1 (en face de la Station Euston).

Horaire conférences: 19 h à 21h30 (portes 18h30)

Renseignements: Share International, PO Box 3677, London NW5 1RU. Tél. 0044-207-482-1113; Fax. 0044-207-267-2881

Prochaines conférences :  les 10 juin et 8 juillet 2003. Entrée libre.

 ETATS-UNIS

New York :

Conférence le 23 juillet 2003. Transmission le 24 juillet.

Renseignements : tél 212-665-9959 ou 718-951-7295

Los Angeles :

Conférence le 30 juillet 2003. Transmission le 31 juillet.

Renseignements : tél 818-785-6300

San Francisco :

Conférence le 3 août 2003. Transmission le 5 août.

Renseignements : tél 510-841-3738


La méditation de Transmission

 

La méditation de transmission ne demande rien d'autre que de se mettre à la disposition des Maîtres, tels des instruments, et d'agir en tant que canal mental positif et stable. Les Maîtres pourront alors transmettre de manière hautement scientifique l'énergie à travers nos chakras, et la diriger mentalement là où elle sera le plus utile et le plus nécessaire.

 

POUR CONSULTER LA LISTE DES GROUPES DE MÉDITATION DE TRANSMISSION DU QUÉBEC ET D’OTTAWA CLIQUEZ ICI (Il existe 23 groupes actifs au Québec)

 

http://www.taraquebec.org/groupes_mdt/index.htm

 

PÒUR CRÉER OU VOUS JOINDRE À UN GROUPE DE TRANSMISSION

 

Pour les internautes québécois  qui désirent de l’information sur la Transmission et créer ou se joindre à un groupe, expédiez un courriel (email) à transmission@taraquebec.org 

 

Pour les internautes européens qui désirent de l’information sur la Transmission et créer ou se joindre à un groupe, expédiez un courriel (email) à transmission@partageinternational.org.


ABONNEMENT

À La revue Partage International

 

La revue Partage international est depuis janvier 2002 une traduction intégrale de la revue en anglais Share International, et du même format.

  

Si vous êtes du Québec et que vous désirez vous y abonner, retournez-nous le bon de commande que vous trouverez à

 http://taraquebec.org/catalog.htm  avec votre paiement (70.00$ pour 1 an).

 

Pour les internautes européens qui désirent s’y abonner allez à

 http://www.partageinternational.ch/revuepi/piabonne.htm

 


DIFFUSEZ le Bulletin de nouvelles GRATUIT par courriel (email) L'Émergence

 

Si vous avez des amis(es) qui montrent un intérêt pour les sujets spirituels et qui ont accès à un courrier élec­tronique (email), vous pou­vez leur transmettre ce bulletin par courriel (email), les invitant à le parcourir, et s’ils le désirent à s’inscrire.

 

Le nombre d’inscrits au Bulletin L’Émergence est actuellement supérieur à 470.

 

Pour recevoir notre bulle­tin de nouvelles  «L'ÉMERGENCE »  par courriel (email) dix fois l’an, allez à

http://taraquebec.org/inscription.htm  


Archive des « Bulletins de nouvelles gratuits par courriel (email) »

 

Nous avons mis en archives les anciens Bulletins de nouvelles gratuits par courriel couvrant la période de janvier 2001 à maintenant. Nos lecteurs, qui désirent les consulter ou les récupérer, peuvent le faire en cliquant sur le lien qui suit : http://www.taraquebec.org/arch-bul.htm


Réseau Tara Canada (Québec)

C.P. 156, Succursale Ahuntsic
Montréal, (Québec) H3L 3N7

Région de Montréal: Tél. et fax. (514) 384-1921
Extérieur de la région de Montréal (sans frais)  1-877-384-1921

courriel : bulletin@taraquebec.org
Site Internet au Québec : http://taraquebec.org   

Site francophone international : http://partageinternational.org

 

Collaborateurs(trices) au bulletin: 
Andrée Trépanier,  Christian Tremblay,  Martin Payette,  Dominique Sirois

 


Si vous désirez recevoir une version 'texte brut' plutôt qu'une version 'html' (comme celle-ci), envoyez un courriel (email) à bulletin@taraquebec.org le spécifiant

 

Retour au menu des archives des Bulletins de nouvelles