L’ÉMERGENCE

Publication gratuite du Réseau Tara Canada (Québec)

Bulletin d’information de mai 2003

Vous recevez ce Bulletin parce que vous vous êtes abonné à http://taraquebec.org/inscription.htm

Pour vous désabonner cliquez sur le lien qui précède ou allez à la fin du bulletin.


Nous ne sommes reliés à aucun groupe religieux, mais nous respectons la Vérité qui est présente dans toutes les cultures spirituelles.  Nous vous présentons ce message d'espoir en tant qu'information seulement. S'il vous apparaît vrai ou digne d'intérêt, nous vous invitons à le partager avec vos amis (es).


Conférences de Benjamin Creme

 

Le 10 mai à Tokyo, Japon

Le 17 mai à Osaka, Japon

Le 20 mai à Nagoya, Japon

Le 23 juillet à New York, États-Unis

Le 30 juillet à Los Angeles, États-Unis

Le 3 août à San Francisco, États-Unis

 (voir plus bas pour des informations plus précises)


 

LA GUERRE EN IRAK…

 

« …Le monde chancelle sous l'impact de la récente invasion de l'Irak par les forces américaines et britanniques. Rarement une guerre limitée en apparence par l'envergure et la durée n'aura eu des répercussions si considérables, ni causé tant de tourments ou suscité tant d'interrogations… Les événements tragiques du 11 septembre 2001 ont donné à l'actuel gouvernement américain la sinistre opportunité d'invoquer, sous prétexte de combattre le terrorisme, des raisons « hautement morales » pour perpétrer de cruels actes de piraterie contre les victimes qu'il s'est choisies…  »

 

Extrait de l’article du Maître, Partage international, mai  2003

 (voir l’article complet  plus bas)

 


Nous continuons de suggérer à nos lecteurs de manifester, de méditer et de participer aux activités en faveur de la Paix. Continuons à prendre position avec assurance en faveur de la Paix.


Le nouveau message de Maitreya

Benjamin Creme a été interviewé par Radio Ici et Maintenant, à Paris, le 20 mars 2003, émission  retransmise en direct sur Internet. A la fin de l’interview, le présentateur a demandé si Maitreya pourrait dire quelques mots. Benjamin Creme a expliqué que ceci était indépendant de sa volonté, que Maitreya donnerait très certainement sa bénédiction, et que s’il disait quelques mots ce serait une faveur supplémentaire. Mais dès le début de la bénédiction, Maitreya a délivré le message suivant :

 

« Il y a peu de temps à attendre désormais, avant que vous ne puissiez voir mon visage.

 

Ne perdez pas courage dans la tension suscitée par les circonstances actuelles.

Gardez  fermement l’espoir en un avenir meilleur pour tous.

Mon cœur est rempli de l’Amour de Dieu. Cet Amour, je l’envoie à tous ceux qui m’entendent. »


Le monde est dans l’attente

par le Maître, à travers Benjamin Creme

Le Maître est un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, dont le nom est bien connu des cercles ésotériques. Pour diverses raisons, son identité n'est pas révélée. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître qui lui dicte ses articles

Le monde chancelle sous l'impact de la récente invasion de l'Irak par les forces américaines et britanniques. Rarement une guerre limitée en apparence par l'envergure et la durée n'aura eu des répercussions si considérables, ni causé tant de tourments ou suscité tant d'interrogations. Rarement une aventure si follement irresponsable n'aura été ainsi reconnue comme telle, et dénoncée par la majorité des peuples de la Terre.
Les événements tragiques du 11 septembre 2001 ont donné à l'actuel gouvernement américain la sinistre opportunité d'invoquer, sous prétexte de combattre le terrorisme, des raisons « hautement morales » pour perpétrer de cruels actes de piraterie contre les victimes qu'il s'est choisies.

La voix du peuple
La guerre est en cours, peut-être est-elle sur le point de se terminer, mais les hommes et femmes doués de cœur et de raison ont retrouvé leur voix, et les moyens de se faire entendre. A l'issue d'une période infiniment longue, les peuples commencent enfin à prendre conscience de leur pouvoir et de leur droit de s'exprimer, d'influer sur les événements et de façonner leur destinée.
Du chaos et du malheur engendrés par cette guerre inutile et imposée sous de faux prétextes, sortiront des changements que ses instigateurs n'auraient jamais pu imaginer.
Ils ont passé outre à la volonté unie de l'assemblée des nations, prenant la sagesse de celles-ci pour de la peur, et leur prudence pour de la lâcheté. Les méthodes qu'ils ont utilisées appartiennent au passé, et ils découvriront qu'elles sont inopérantes dans les temps qui viennent.
Leur morgue et leur soif de puissance les ont menés trop loin, et ils ont dressé contre eux les peuples de la Terre. Leur folie néfaste a éveillé l'humanité à la nécessité de se lever pour se défendre face à l'usurpation de ses droits.

Un climat de suspicion
Lorsque les hommes prendront la mesure des dommages causés aux relations internationales par cette action unilatérale et dépourvue de sens, ils auront de bonnes raisons d'en être consternés. De longues années d'efforts assidus pour construire pas à pas la confiance ont été réduites à néant. Un climat de profonde suspicion, de méfiance et de peur règne maintenant dans les sphères diplomatiques à travers le monde. Maints dirigeants ont le sentiment qu'un des leurs  le plus puissant  échappe désormais à tout contrôle, que les accords passés ont été rompus, et qu'il leur faut chercher ailleurs pour reconstruire leurs alliances et assurer leur sécurité. Le fait que l'Amérique prône la guerre préventive, et son impérialisme à peine déguisé ont isolé cette grande nation de la vérité, en même temps que de la communauté internationale dont les dirigeants, navrés d'une telle attitude, s'interrogent avec anxiété sur ce que sera l'avenir.

L'âme américaine
Le monde attend l'émergence de l'âme américaine, naguère à l'origine de cette belle initiative que fut le plan Marshall. Il attend également, pour montrer la voie aux hommes, l'émergence de Maitreya. Son enseignement éveillera l'âme idéaliste des Etats-Unis et l'invoquera, guidant leurs meilleurs citoyens vers la lumière qu'ils ont toujours gardée au fond du cœur. Ils se mettront en accord avec leurs frères et sœurs d'autres nations et, à l'unisson, sous l'inspiration de Maitreya, ils apporteront la justice et donc la paix à un monde qui les attend.

Partage international, mai 2003

 


Le mouvement mondial de protestation contre la guerre

Au moment où la guerre débutait en Irak, des citoyens d’un peu partout dans le monde ont participé à des marches et à des « actions directes », et des étudiants ont manqué leurs cours en signe de protestation. Durant les dix premiers jours de la guerre, les protestations se sont intensifiées, alors qu’environ dix millions de manifestants envahissaient les rues, souvent face à une répression policière, renouvelant ainsi leur engagement profond à s’opposer activement l’action militaire.

 

Voici quelques-unes des nombreuses manifestations anti-guerre qui se sont déroulées du 21 au 23 mars dernier :

Rome (200 000 personnes) ; Athènes (500 000 à 700 000), Thessalonique (100 000) ; Barcelone (500 000 à 750 000), Madrid (500 000), Séville (150 000), Vigo (100 000), La Corogne (50 000 à 70 000) ; New York (300 000), Los Angeles (20 000), San Francisco (75 000) ; Diyarbakir (250 000), Istanbul (15 000) ; Londres (500 000), Edimbourg (10 000) ; Edmonton (15 000-18 000), Toronto (100 000), Montréal (200 000) ; Amsterdam (85 000) ; Adélaïde (100 000), Melbourne (15 000), Brisbane (50 000), Perth (15 000), Sydney (15 000) ; Paris (100 000) ; Berlin (40 000 à 100 000), Bonn (8 000), Francfort (8 000), Hambourg (8 000), Cologne (12 000) ; Tokyo (50 000), Osaka (10 000) ; Lahore (100 000); Copenhague (10 000) ; Göteborg (20 000), Stockholm (50 000 à 80 000) ; Lisbonne (90 000 à 100 000), Porto (6 000) ; Berne (40 000) ; Le Cap (8 000 écoliers) ; Séoul (15 000-20 000); Vienne (30 000 à 40 000) ; Bruxelles (20 000) ; Chili (5 000) ; Nicosie (4 000) ; Helsinki (40 000), Turku (17 000) ; Djakarta (30 000) ; Auckland (10 000), Wellington (4 000) ; Oman (5 000) ; Beyrouth (1 000) ; Gaza (20 000) ; Manille (10 000) ; Dacca (15 000) ; Calcutta (15 000), New Delhi (5 000) ; Le Caire (40 000).

 

Lors du premier jour de la guerre, les protestataires ont perturbé le travail de plusieurs secteurs d’activité par leur opération : « No business as usual », manifestant ainsi leur opposition à ce que les affaires continuent comme si de rien n’était. A San Francisco, 1 500 protestataires ont été arrêtés alors qu’ils paralysaient la ville, se relayant toute la journée, de 7 h à 23 h, pour occuper les rues, alors que des groupes précédemment arrivés étaient jetés en prison. « C’est une des choses les plus valables que j’aie réalisées dans ma vie », affirme un enseignant de 54 ans, menotté par la police alors qu’il bloque une intersection de San Francisco. A New York, des milliers de personnes ont interrompu la circulation autour de Times Square durant deux heures. Au Cachemire, une grève générale nationale a fermé les commerces et les bureaux pour toute une journée, et laissé les rues désertes.

 

Le premier week-end après le début de la guerre, les manifestations ont connu une recrudescence, nombre d’entre elles s’étant donné pour cible des symboles du pouvoir américain : l’obélisque de Washington, la Maison Blanche, et des bases américaines et ambassades un peu partout à travers le monde. Judy Ripley, 50 ans, de Fort Myers en Floride, affirme : « Ma seule action possible est de sortir dans la rue et de dire : « Vous ne faites pas cela en mon nom ». Pour Judy Robbins, 54 ans, de Sedgwick dans le Maine, qui a fait un trajet de 18 heures en autobus avec sa fille Zoé, infirmière : « Le choix qui s’offrait à moi était soit de venir ici, soit de rester à la maison et d’abdiquer. »

 

Selon l’Associated Press : « A New York, la foule, évaluée entre 100 000 et 200 000 personnes, s’étendait sur 30 pâtés de maisons, avec des manifestants qui se joignaient encore à la marche au Herald Square, alors que les premiers manifestants arrivaient au parc du Washington Square, dans le quartier Greenwich Village. » Parmi eux se trouvaient Susan Sonz et son fils de neuf ans, Ruben, venus de leur résidence près du Ground Zero. « Les enfants du Ground Zero sont contre la guerre » pouvait-on lire sur la pancarte portée par le jeune garçon. « Nous sommes convaincus qu’il n’y a aucun rapport entre le 11 septembre et Saddam Hussein, ajoute Susan Sonz, et nous ne voulons pas voir d’autres innocents mourir. »

 

A Londres, le 22 mars, démontrant leur persévérance et leur détermination, 500 000 personnes ont convergé vers Hyde Park, un nombre moins imposant que lors de la manifestation du 15 février, mais qui peut s’expliquer par le fait que la marche n’a été organisée que quatre jours à l’avance et n’a bénéficié que d’une couverture médiatique limitée. Des milliers d’écoliers et d’étudiants du Royaume-Uni ont manifesté dans les grandes villes. Une étudiante, Zoe Pilger, a écrit dans un journal britannique, le UK’s Independant newspaper : « Un élément positif émerge de tout ce carnage à venir en Irak : les jeunes de ma génération deviennent de plus en plus politisés. Le matin qui a suivi le largage des premières bombes sur Bagdad, une amie étudiante et moi avons organisé une grande manifestation pour protester contre la guerre. La réponse a été tout simplement fantastique, avec une participation d’environ 500 étudiants de 11 à 18 ans de notre école secondaire. Certains ont fait des allocutions ou lu des poèmes, et il y a eu un défilé impressionnant de banderoles improvisées. Les jeunes, au lieu d’adopter une vision étroite et xénophobe du monde étranger, font des rapprochements entre leur propre vie et celle du peuple irakien. C’est un fait bien connu des jeunes protestataires que 42 pour cent de la population irakienne n’a pas 15 ans. Ainsi que l’a crié bien haut, jeudi, une étudiante de notre école: «Nous n’allons pas mourir, pourquoi eux devraient-il le faire?»

 

A la question : « Pourquoi les démonstrations anti-guerre prennent-elles tant d’ampleur ? », le journaliste David Aaronovitch répond, dans le journal britannique The Guardian : « La plupart de ces gens ne sont pas descendus dans la rue pour protester contre la guerre au Vietnam, contre l’apartheid, contre le canal de Suez, et même contre les essais nucléaires, alors qu’arrive-t-il maintenant ? On a tant discouru sur l’« impuissance » du citoyen ordinaire que beaucoup en étaient venus à le croire. Mais aujourd’hui, depuis 1997 et l’accession de Tony Blair au pouvoir, les foules sont devenues très puissantes. Pensez à la réaction de foule qui a suivi le décès de la princesse Diana. Comparé à n’importe quoi d’autre, le fait de descendre dans la rue fonctionne. C’est pourquoi les gens le font. »

 

David Callahan, directeur de la recherche pour Demos, un organisme sans but lucratif voué à l’étude des politiques gouvernementales, affirme dans le New York Times que les mouvements de protestation reflètent plus qu’un sentiment anti-guerre. Bien que ces mouvements puissent ne pas être couronnés de succès quant à leurs buts immédiats, ils servent à révéler une inquiétude croissante sur la manière dont la société est organisée. D. Callahan observe l’émergence de deux thèmes principaux. Le premier est un inconfort de plus en plus généralisé devant « la consommation effrénée et le gaspillage en Amérique du Nord », et l’autre est un profond malaise devant l’état de la démocratie américaine. D. Callahan croit que ces deux courants sous-jacents peuvent servir à alimenter un activisme social puissant, qui pourra finalement aider à changer la société. Le manque de contact avec la réalité perçu par les protestataires chez leurs représentants élus et l’échec des médias à bien évaluer et décrire ces courants sous-jacents ont cependant déjà suscité l’émergence d’un électorat plus engagé.

D. Callahan conclut ainsi son article :
« Les dirigeants élus devraient comprendre que l’orientation de la politique étrangère américaine et le destin de l’Irak ne sont pas les seuls sujets qui préoccupent les Américains. Ils s’inquiètent aussi du destin de l’Amérique – et si l’on peut se fier à l’Histoire, leur voix ne feront que s’intensifier. »

 

[Sources : BBC News, The Guardian, The lndependent, G.-B. ; Associated Press, The New York Times, New York Daily News, E.-U.; Süddeutsche Zeitung, Spiegel-Online, Allemagne; TruthOut.org ; Indymedia.org]

 


 

Participation de membres du Réseau aux marches en faveur de la paix

 

Plusieurs membres du Réseau ont participé aux nombreuses marches en faveur de la paix qui se sont déroulées à Montréal au Québec, durant les mois de mars et d’avril. La participation à ces manifestations anti-guerre fut très importante et s’est chiffrée à 200 000 personnes, 100 00 personnes et 50 000 personnes à ces occasions. Nos membres ont distribué plusieurs milliers de dépliants en langues française et anglaise, dont les titres étaient « Partager les ressources mondiales mettra fin au terrorisme » et « Sharing the World’s Resources Will End Terrorism. »

 


Communiqués de Presse sur la situation en Irak

 

Plusieurs communiqués de presse ont été diffusés aux membres des médias francophones et anglophones du Québec durant les mois qui ont précédé et suivi le déclenchement des hostilités en Irak. Ces communiqués comprenaient l’article du Maître du mois correspondant, publié dans la revue Partage international; des questions/réponses sur l’interprétation des événements mondiaux en cours et un historique des informations transmises par Benjamin Creme sur la présence dans le monde de grands sages, les Maîtres de sagesse, ainsi que de Maitreya, l’Enseignant planétaire.


Commentaires sur les événements mondiaux

Nos lecteurs, qui désirent relire les articles du Maître et les rubriques Questions/réponses publiées dans la revue Partage international dans les numéros de septembre 2001 à mai 2003, n’ont qu’à cliquer sur le lien qui suit : http://www.taraquebec.org/evenemen.htm


Visite de Benjamin Creme à Paris

 

La visite de Benjamin Creme à Paris a été un réel succès. Plus de 500 personnes ont assisté à la conférence qu’il a donnée le samedi 22 mars. Le public a été très réceptif et a posé de très nombreuses questions lors de l’échange avec le conférencier en fin de soirée.

 

Au cours de sa conférence, Benjamin Creme a révélé que Maitreya était dans l’assistance, sous l’aspect d’un homme d’âge moyen, précisant que si ce dernier se levait pour sortir, il ne dirait pas : « C’est lui ! ». Un homme est effectivement sorti un peu plus tard, et plusieurs membres du groupe l’ont aperçu. Lors de la séance de questions-réponses, Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait bien de Maitreya.

 

De nombreux documents ont été distribués à cette occasion. En particulier, la nouvelle édition du numéro spécial d’information de la revue a remporté un important succès.

 

Le dimanche 23 mars, près de 300 personnes ont participé à la méditation de transmission

 


Dans "Questions-Réponses" de la revue Partage international, Benjamin Creme répond aux lecteurs.

Revue Partage international, mai 2003

 

 Cliquez ici :  http://www.partageinternational.ch/revuepi/pi200305.htm 

 


CALENDRIER DES DERNIERES CONFÉRENCES DU PRINTEMPS 2003 AU QUÉBEC, CANADA

 Date

Heure

Lieu

Titre

Jeudi, 29 mai 03

19 h 30

Montréal, à l'UQAM, 400 rue Ste-Catherine est, coin St-Denis, métro Berri-UQAM, Pavillon Hubert-Aquin, 2ième étage, salle à déterminer

La Destinée de l’Humanité : Le retour de l’Enseignant planétaire et des Maîtres de Sagesse en ces temps chaotiques

Mercredi, 11 juin 03

19 h 30

Montréal, À Montréal, au Commensal, 1720 St.-Denis, 3ième étage, métro Berri-UQAM

Perspective spirituelle sur la mondialisation ; Le retour de l'Enseignant mondial

 

Visitez régulièrement http://taraquebec.org/conferences/conferen.htm pour prendre connaissance des modifications et des ajouts au calendrier.

 

Informations : tél. 514-384-1921 (répondeur)


 

­BÉNÉDICTIONS SPÉCIALES DE MAITREYA LORS DES FÊTES DU PRINTEMPS

 

À l'occasion des trois Fê­tes spiri­tuelles du prin­temps, il y aura une béné­diction spéciale de Maitreya à 15 heures (heure locale), les di­man­ches 20 avril, 18 mai et 15 juin 2003. Nous vous invi­tons à profiter de cette énergie d'a­mour, spé­ciale­ment of­ferte par Maitreya.


 

INVITATION À DES MÉDITATION DE TRANSMISSION DE 8 HEURES, DE 6 HEURES ET DE 3 HEURES À MONTRÉAL ET A SHERBROOKE, LORS DE LA FÊTE DU WESAK, UNE DES FÊTES SPIRITUELLES DU PRINTEMPS

 

De nombreux groupes de transmission cé­lébreront les trois Fêtes du printemps en organisant des Transmissions d’une durée de huit, douze ou vingt-quatre heures. Au moment des plei­nes lunes du printemps, les énergies spiri­tuelles sont au summum de leur puissance, en raison de l'alignement Terre-Lune-So­leil et du pouvoir de ces anciennes fêtes, ce qui fournit une opportunité unique pour le service spirituel.

 

Le samedi 17 mai, nous invitons tous les mem­bres des groupes de Trans­mission et tous les amis du Réseau Tara Canada (Québec) à se joindre à l’un ou l’autre de deux groupes de Mon­tréal et d’un groupe de Sherbrooke pour une médita­tion qui se pour­sui­vra durant une période de 8 heures, de 6 heures et de 3 heures consécutives.

 

·        Un groupe se réunira dans le quartier Ahuntsic, à Montréal, entre 10 heures et 18 heures, soit 8 heures consécutives. Pour des infor­mations sur l'endroit où se tiendra cette méditation : Tél. (514) 384-1921  (répon­deur)

 

·        Un autre groupe se réunira dans le quartier Côte-des Neiges, à Montréal, entre 18 heures et 24 heures, soit 6 heures consécutives. Pour des infor­mations sur l'endroit où se tiendra cette méditation : Tél. (514) 731-2594

 

·        Un autre groupe se réunira dans la ville de Sherbrooke, entre 14 heures et 17 heures, soit 3 heures consécutives. Pour des infor­mations sur l'endroit où se tiendra cette méditation : Tél. (819) 569-3416

 

Il est bien entendu que chaque indivi­du n'est pas obligé de méditer pendant 8 heures, 6 heures ou 3 heures consécutives, et qu'il sera possible à chacun et chacune de se joindre au grou­pe, en silence, à n'importe quel moment durant cette médita­tion, et de la quitter, en silence, lorsqu'il ou elle le désire.

   


 

CHERCHEZ-NOUS SUR INTERNET ET VOUS NOUS TROUVEREZ

 

Les groupes francophones mondiaux ont créé et gèrent plusieurs sites sur INTER­NET. Si vous avez accès à INTERNET, nous vous invi­tons à visiter nos pages. Voici les adresses de certains de nos sites :­­

 

 

Pour le site international francophone : http://partageinternational.org

 

Pour un site au Québec : http://taraquebec.org

 

Pour le site de la revue Partage Inter­na­tional, en Suisse, visitez :

http://www.partageinternational.ch

 

 

Pour le site en anglais de Share International USA, visitez :

http://www.share-international.org

 

Pour des sites en 19 autres langues : http://taraquebec.org/langues.htm

 

 

Pour obtenir le bulletin gratuit par courriel (email) :

http://taraquebec.org/inscription.htm

Recommandez la visite de nos sites à vos parents et amis. Merci !


Conférences de Benjamin Creme en 2003 (partiel)

Toutes les conférences sont en anglais. Des traductions sont réalisées en direct pour les pays non anglophones.

GRANDE-BRETAGNE 

Londres :

Attention: changement de lieu : Les conférences publiques y sont données à Friends House, 173/177 Euston Road, London NW1 (en face de la Station Euston). Entrée libre. 2881.

Horaire conférences: 19 h à 21h30 (portes 18h30)

Renseignements: Share International, PO Box 3677, London NW5 1RU. Tél. 0044-207-482-1113; Fax. 0044-207-267-2881

Prochaines conférences :  les 10 juin et 8 juillet 2003.

Entrée libre.

 JAPON

Tokyo :

Conférence le 10 mai 2003, Transmission le 11.

Osaka

Conférence le 17 mai 2003, Transmission le 18.

Nagoya :

Conférence le 20 mai 2003, Transmission le 21.

Séminaire de méditation de transmission du 23-25 mai

Renseignements : tél. 81-427-99-2915

ETATS-UNIS

New York :

Conférence le 23 juillet 2003.

Transmission le 24 juillet.

Renseignements : tél 212-665-9959 ou 718-951-7295

Los Angeles :

Conférence le 30 juillet 2003.

Transmission le 31 juillet.

Renseignements : tél 818-785-6300

San Francisco :

Conférence le 3 août 2003.

Transmission le 5 août.

Renseignements : tél 510-841-3738


 

La méditation de Transmission

 

La méditation de transmission est la méthode la plus simple pour parvenir à un contact avec l'âme.


Cette méditation ne demande rien d'autre que de se mettre à la disposition des Maîtres, tels des instruments, et d'agir en tant que canal mental positif et stable. Les Maîtres pourront alors transmettre de manière hautement scientifique l'énergie à travers nos chakras, et la diriger mentalement là où elle sera le plus utile et le plus nécessaire. Ils sont sans cesse à la recherche des personnes susceptibles de servir de canaux, d'agir consciemment comme transmetteurs de leurs énergies.

 

POUR CONSULTER LA LISTE DES GROUPES DE MÉDITATION DE TRANSMISSION DU QUÉBEC ET D’OTTAWA CLIQUEZ ICI (Il existe 23 groupes actifs au Québec)

 

http://www.taraquebec.org/groupes_mdt/index.htm

 

PÒUR CRÉER OU VOUS JOINDRE À UN GROUPE DE TRANSMISSION

 

Pour les internautes québécois  qui désirent de l’information sur la Transmission et créer ou se joindre à un groupe, expédiez un courriel (email) à transmission@taraquebec.org 

 

Pour les internautes européens qui désirent de l’information sur la Transmission et créer ou se joindre à un groupe, expédiez un courriel (email) à transmission@partageinternational.org.

 


ABONNEMENT

À La revue Partage International

 

Vous abonner à la revue Partage International constitue aussi un excellent moyen d'être au courant des dernières nouvelles sur l'Émergence de Maitreya, de lire 10 fois l'an un article du Maître de Benjamin Creme, ainsi que des articles de collaborateurs de la revue portant sur des sujets chers au cœur de Maitreya, comme le partage, la justice, la paix dans le monde.

 

La revue Partage international est depuis janvier 2002 une traduction intégrale de la revue en anglais Share International, et du même format.

  

Si vous êtes du Québec et que vous désirez vous y abonner, retournez-nous le bon de commande que vous trouverez à

 http://taraquebec.org/catalog.htm  avec votre paiement (70.00$ pour 1 an).

 

Pour les internautes européens qui désirent s’y abonner allez à

 http://www.partageinternational.ch/revuepi/piabonne.htm

 


DIFFUSEZ le Bulletin de nouvelles GRATUIT par courriel (email) L'Émergence

 

Si vous avez des amis(es) qui montrent un intérêt pour les sujets spirituels et qui ont accès à un courrier élec­tronique (email), vous pou­vez leur transmettre ce bulletin par courriel (email), les invitant à le parcourir, et s’ils le désirent à s’inscrire.

 

Le nombre d’inscrits au Bulletin L’Émergence est actuellement supérieur à 450.

 

Pour recevoir notre bulle­tin de nouvelles  «L'ÉMERGENCE »  par courriel (email) dix fois l’an, allez à

http://taraquebec.org/inscription.htm  

 


Archive des « Bulletins de nouvelles gratuits par courriel (email) »

 

Nous avons mis en archives les anciens Bulletins de nouvelles gratuits par courriel couvrant la période de janvier 2001 à maintenant. Nos lecteurs, qui désirent les consulter ou les récupérer, peuvent le faire en cliquant sur le lien qui suit : http://www.taraquebec.org/arch-bul.htm

 


 

Réseau Tara Canada (Québec)

C.P. 156, Succursale Ahuntsic
Montréal, (Québec) H3L 3N7

Région de Montréal: Tél. et fax. (514) 384-1921
Extérieur de la région de Montréal (sans frais)  1-877-384-1921

courriel : bulletin@taraquebec.org
Site Internet au Québec : http://taraquebec.org   

Site francophone international : http://partageinternational.org

 

Collaborateurs(trices) au bulletin: 
Andrée Trépanier,  Christian Tremblay,  Martin Payette,  Dominique Sirois

 


Si vous désirez recevoir une version 'texte brut' plutôt qu'une version 'html' (comme celle-ci), envoyez un courriel (email) à bulletin@taraquebec.org le spécifiant

 

Retour au menu des archives des Bulletins de nouvelles