L’Émergence

Publication du Réseau Tara Canada (Québec)      Bulletin de mai 2007


Vous recevez ce Bulletin parce que vous vous êtes abonné au Bulletin « L’Émergence »


 

Sauver la planète

« Quand l'humanité se rendra compte de la gravité du déséquilibre écologique qui affecte son habitat planétaire, il lui faudra prendre les mesures d'urgence indispensables pour y porter remède. Si les hommes devaient manquer de résolution face à cette crise, ils se rendraient coupables d'abandonner la planète à une destruction lente mais inévitable. Dès lors, quel héritage transmettraient-ils à leurs enfants ? Pour écarter pareil risque d'autodestruction, tous doivent agir ensemble et faire les sacrifices qui s'imposent. Cela nécessitera un revirement total dans notre attitude envers la planète et son intégrité, ainsi que la remise en cause de ce que les hommes considèrent aujourd'hui comme leurs besoins. »

Extrait de l’article du Maître, Partage international, mai 2007 (voir l’article complet  plus loin)


Prochaines conférences de Benjamin Creme

 

Le 19 mai 2007 à Osaka, Japon

Le 22 mai 2007 à Nagoya, Japon

Le 14 juin 2007 à Londres, Grande-Bretagne

Le 10 juillet à Londres, Grande-Bretagne

Le 28 juillet à New York, États-unis

Le 4 août 2007  à Los Angeles, États-unis

Le 12 août 2007 à San Francisco, États-Unis

  

(voir plus bas pour des informations plus précises)


 

Nos prochaines conférences au Québec

http://taraquebec.org/ac-conferences.html

Durant l’été, date et lieux à déterminer : Le Partage, seul garant de la justice et de la paix et la méditation de Transmission

 

(Visitez le site régulièrement pour être au courant des développements)


Nous étions présents au « 45e Salon-International de l’ésotérisme de Montréal » du 27 au 29 avril 2007

 

Le Réseau a participé au 45e Salon-International de l’Ésotérisme de Montréal,  qui s’est tenu au Marché Bonsecours dans le Vieux Montréal du 27 au 29 avril 2007. Nous avons animé un kiosque d’information et avons présenté une conférence devant un auditoire nombreux et attentif.

 

Nous remercions ceux et celles qui nous ont visité les 27, 28 et 29 avril 2007 au Marché Bonsecours !


 

 « Ma venue transformera ce monde, mais le travail essentiel de reconstruction vous incombe. Je suis seulement l’architecte du Plan. Vous, mes amis et frères, vous êtes les bâtisseurs volontaires du temple radieux de la Vérité. Je vous donnerai la clef de ce temple et, en y pénétrant, vous connaîtrez Dieu. Mes Maîtres attendent eux aussi que vous répondiez à leurs directives. Offrez-leur votre confiance et laissez-les vous guider vers l’Aube nouvelle, partageant ensemble les ressources de la Terre, connaissant ensemble la joie de la fraternité, manifestant ensemble la divinité qui demeure en vous tous.  »

Maitreya, message no 65


 

LA DERNIÈRE DES TROIS GRANDES FÊTES SPIRITUELLES DU PRINTEMPS APPROCHE

 

Il existe trois importantes fêtes spirituelles qui forment le point cul­minant du cycle annuel. Ce sont : la fête de Pâques, à la pleine lune du Bélier, la fête de Wesak, à la pleine lune du Taureau, et la fête de l'Humanité, à la pleine lune des Gé­meaux. Par le travail de médi­tation ferme et continu de nom­breux individus et groupes de toutes les par­ties du monde, ces fêtes accom­plis­sent actuel­lement un ancrage sub­jectif dans la conscience de l'humani­té.

 

LA FÊTE DE L'HUMANITÉ OU FÊTE DE LA BON­NE VOLONTÉ

 

C'est la fête de l'Humanité qui aspire à Dieu, qui cherche à se conformer à sa Volonté, et se con­sa­cre à l'éta­blisse­ment de justes rapports hu­mains. C'est le jour où la nature spirituelle et divine de l'homme est reconnue. Depuis 2,000 ans, le jour de cette fête, le  Christ repré­sente l'humani­té, se tenant devant la Hiérarchie et près de Shambal­la. Chaque année, à cette occa­sion, il prêche le dernier sermon du Boud­dha devant la Hiérarchie assem­­blée. Cette fête est donc un jour d'intense invoca­tion, exprimant l'aspiration fonda­mentale à la fraternité et à l'u­nité spirituelle et humaine. Elle re­présente l'effet produit dans la cons­cience des hommes par les efforts con­ju­gués du Bouddha et du Christ.

 

Cette fête est fixée annuellement par rapport à la Pleine Lune des Gémeaux. C'est la grande fête de l'Humanité. En 2007, cette Fête se­ra célé­brée le 31 mai. Cette pleine lune aura lieu exactement à 21 h 04, heure avancée de l'Est pour le Québec.

 

A Londres, cette année, la méditation de transmission se déroulera les jours suivants (de 20 h à 20 h) : Fête du Christ (Gémeaux) : les vendredi 1er et samedi 2 juin.


INVITATION À DES MÉDITATIONS DE TRANSMISSION

DE 3 ET DE 6 HEURES À MONTRÉAL ET EN RÉGION,

AU QUÉBEC, LORS DE LA DERNIÈRE

FÊTE SPIRITUELLE DU PRINTEMPS

 

De nombreux groupes de transmission répartis dans le monde cé­lébreront les trois Fêtes du printemps en organisant des Transmissions d’une durée de trois, six, huit, douze ou vingt-quatre heures. Au moment des plei­nes lunes du printemps, les énergies spiri­tuelles sont au summum de leur puissance, en raison de l'alignement Terre-Lune-So­leil et du pouvoir de ces anciennes fêtes, ce qui fournit une opportunité unique pour le service spirituel.

 

1.      À Montréal (Ahuntsic), le samedi 2 juin, entre 11 heures (du matin) et 17 h 00 (5 h 00 PM), nous invitons les mem­bres des groupes de Trans­mission et tous les amis du Réseau Tara Canada (Québec) à se joindre au groupe d’Ahuntsic pour une médita­tion qui se pour­sui­vra durant une période de 6 heures. Téléphonez au 514-384-5087 pour connaître l’adresse du local où se tiendra la méditation.

 

2.      À Sherbrooke au Québec, le samedi 2 juin, entre 14 h 00 et 17 h 00, il y aura méditation de Transmission d’une durée de 3 heures. Téléphonez à René Ross au 819-569-3416 ou expédiez un courriel à : reneross@webestrie.com pour connaître l’adresse du local où se tiendra la méditation.

 

3.      À Ste-Sophie d’Halifax (Victoriaville) au Québec, le lundi 4 juin, entre 18h00 et 21h00, il y aura une méditation de Transmission d’une durée de 3 heures comme par les années passées. Téléphonez au 819-364-3724 pour connaître l’adresse du local où se tiendra la méditation.


 

BÉNÉDICTION SPÉCIALE DE MAITREYA LORS DE CETTE DERNIÈRE FÊTE DU PRINTEMPS

 

À l'occasion de cette fête, il y aura une béné­diction spéciale d’une heure de Maitreya à 15 heures (heure locale), le di­man­che 3 juin 2007. Nous vous invi­tons à profiter de cette énergie d'a­mour, spé­ciale­ment of­ferte par Maitreya.

 

À Sherbrooke, cette bénédiction sera reçue en groupe de 15 h à 16 h, le dimanche 3 juin. Informations : 819-569-3416

 

Rappel pour les membres des groupes de Transmission : l'atten­tion doit à ce moment être main­tenue au sommet du crâne, au chakra coronaire, et non au centre ajna, comme durant une Transmission.


L’article du Maître du numéro de mai 2007 de la revue Partage international

Sauver la planète

 

par le Maître --, par l’entremise de Benjamin Creme

 

Quand l'humanité se rendra compte de la gravité du déséquilibre écologique qui affecte son habitat planétaire, il lui faudra prendre les mesures d'urgence indispensables pour y porter remède. Si les hommes devaient manquer de résolution face à cette crise, ils se rendraient coupables d'abandonner la planète à une destruction lente mais inévitable. Dès lors, quel héritage transmettraient-ils à leurs enfants ? Pour écarter pareil risque d'autodestruction, tous doivent agir ensemble et faire les sacrifices qui s'imposent. Cela nécessitera un revirement total dans notre attitude envers la planète et son intégrité, ainsi que la remise en cause de ce que les hommes considèrent aujourd'hui comme leurs besoins.

 

Certains auront du mal à accepter de prendre le virage nécessaire, mais ce n'est qu'au prix d'un tel changement que la survie de la planète pourra être assurée. Déjà, les plus grandes réserves d'arbres de la Terre ont été profondément entamées. La déforestation a engendré une perte d'oxygène qui va s'aggravant, et une augmentation du gaz carbonique. La situation a aujourd'hui atteint un seuil critique, et exige une action immédiate.

 

Le réchauffement global

 

De plus en plus nombreux sont ceux qui prennent conscience de la réalité du réchauffement global. Pourtant, en dépit d'une pléthore de preuves, certains persistent à nier qu'il serait causé par les actions des hommes. Nous, qui sommes vos Frères aînés, pouvons dire avec entière conviction que le comportement humain est responsable de quatre-vingts pour cent de ce réchauffement.

Comme vous le verrez, Maitreya ne tardera pas à appeler l'attention de l'homme sur ce problème urgent. Il mettra l'humanité face à une alternative : d'un côté, les résultats bénéfiques d'une action immédiate, de l'autre, la destruction qui s'ensuivrait si l'inaction, totale ou partielle, devait l'emporter. Ainsi, c'est à l'homme seul qu'il appartient de décider.

 

La cause du changement

 

Quand les hommes comprendront tout cela, ils ne manqueront pas de se rallier à la cause du changement. Voyant que l'avenir de leurs enfants repose sur leur capacité à agir sans délai, ils solliciteront les conseils de Maitreya et de ceux qui l'entourent quant aux mesures à prendre. Maitreya recommandera l'adoption d'un mode de vie plus simple, mieux adapté à la réalité de la situation planétaire. Lorsqu'un nombre suffisant de gens sera convaincu de cette exigence, une nouvelle tendance à la simplicité gagnera toute la planète. Cette évolution se fera à une vitesse peu commune, tant la nécessité du changement aiguillonnera les multitudes. Ainsi les plus graves dangers qui menacent la Terre seront-ils en partie jugulés. Beaucoup, encouragés par ces résultats, aborderont dans de bonnes dispositions les transformations ultérieures.

 

Face au dilemme que leur présentera la nécessité de changer, les hommes prendront conscience qu'ils ne peuvent faire autrement que d'accepter le principe de partage. C'est seulement par le partage que les changements deviendront possibles et réalisables ; seulement par le partage qu'on pourra tirer parti de la générosité de la planète Terre, et gérer à bon escient l'abondance de ses dons. C'est seulement ainsi que la planète elle-même pourra vivre en harmonie avec son environnement et avec ses habitants.

 

 Partage international, mai 2007

 


Si un monde meilleur est possible, créons-le ! (extrait)

interview de Franz Radermacher par Dunja Müller et Michael Stöger

L’Initiative pour un Plan Marshall mondial (PMM) a été lancée en octobre 2003. Comme son nom l’indique, cette Initiative est largement inspirée du Plan Marshall, les pays riches devant, cette fois, tenir le rôle de l’Amérique en 1947. Elle a pour but de réaliser les Objectifs de développement du millénaire (ODM) formulés par les Nations unies en 2000 – notamment, l’éradication de l’extrême pauvreté, la protection de l’environnement et la garantie d’une éducation pour tous. Dunja Müller et Michael Stöger ont interrogé pour Partage International l’un de ses principaux artisans, le mathématicien allemand Franz Radermacher.

Partage international : Vous êtes engagé depuis longtemps dans diverses commissions travaillant à la mise en place d’un développement durable et à une juste distribution des ressources du monde. Le PMM existe depuis plusieurs années. Quel est son objectif central ?

Franz Radermacher : Le PMM est un plan à long terme, visant à instaurer ce qu’on pourrait sans doute le mieux définir comme une « économie éco[logico]-sociale de marché ». Les ODM constituent une étape intermédiaire, et font l’objet d’un consensus entre l’ensemble des nations et les grands organismes internationaux, comme l’OMC (Organisation mondiale du commerce) et, le FMI (Fonds monétaire international). Le problème, c’est que, comme c’est généralement la règle dans ce domaine, on échafaude des plans grandioses, qu’on signe sans difficulté, mais qui ne voient jamais le jour, d’abord par manque de fonds, et ensuite parce qu’ils s’écartent trop des priorités des pays riches. Aujourd’hui, par exemple, les armées et les diplomates américains sillonnent le monde au cri de « Sécurité nationale ! », de sorte que l’argent sans lequel aucun développement international n’est possible est affecté à ce poste. A force de ne pas prendre au sérieux les problèmes fondamentaux du monde, il ne faut pas s’étonner de l’insécurité qui y règne. Il faut une coalition mondiale, qui exige le respect des ODM.

PI. L’économie éco-sociale de marché peut-elle suffire à résoudre les problèmes les plus criants de la planète ?

FR. Je suis personnellement convaincu que ce type d’économie est la seule solution aux problèmes du monde – la seule solution pacifique, qui fasse l’objet d’un consensus. Il y en a une autre, qui n’est ni pacifique ni consensuelle, et qui consisterait, pour les pays riches, à imposer aux pays pauvres une répartition injuste des ressources planétaires, ce qui ne pourrait se faire qu’en mobilisant des ressources gigantesques – tant militaires qu’informationnelles – pour les empêcher d’accéder aux ressources essentielles. Cela provoquerait, bien entendu, des résistances massives, une multiplication des actes de « terrorisme ». C’est ainsi que les hommes réagissent quand l’injustice est trop flagrante.

Les pays qui réussissent vraiment sont ceux qui permettent aux bénéfices issus du capital d’utiliser l’autre élément clé de la société, la politique, pour protéger l’environnement et assurer une éducation pour tous, garantie d’un haut niveau de productivité. Il faudrait créer des sociétés ouvertes, établir un fonctionnement véritablement démocratique, en mesure de respecter les différences culturelles et de promouvoir la coexistence pacifique de diverses communautés, au lieu de les plonger dans un climat de conflit et de haine.

PI. Vous citez aussi le processus d’élargissement de l’Union européenne (UE) comme un modèle que l’on pourrait étendre aux pays en développement, un modèle basé sur le cofinancement et la fixation de normes. De quelles normes parlez-vous ?

FR. Des normes de protection de l’environnement, des ressources et des valeurs sociales ; des normes visant à assurer un équilibre entre les cultures. Le problème majeur, avec les accords internationaux, c’est leur application, en particulier quand ils portent sur des questions mondiales. Par exemple, pour l’environnement, il y a le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue) ; pour tout ce qui touche au social et au travail, il y a l’Organisation internationale du travail (OIT) qui émet des directives contre le travail des enfants, sur l’égalité de salaire et le droit syndical – mais ces directives ne sont pas légalement contraignantes. L’Unesco s’occupe des questions culturelles, de garantir la diversité et l’indépendance des différentes cultures. Mais toutes ces organisations, qui n’ont aucun pouvoir de sanction, se trouvent souvent en opposition avec l’OMC et le FMI qui, eux, en disposent.

L’OMC, qui réglemente le commerce mondial, autorise parfois la vente de biens produits par des enfants. Les directives de l’OIT ne s’appliquant pas à l’OMC, tout refus d’importer de telles marchandises risque de donner lieu à un dépôt de plainte auprès de l’Organe de règlement des conflits, et à de lourdes amendes. Il en va de même avec l’environnement. Les traités signés n’empêchent nullement les États-unis d’expédier de grandes quantités de déchets électroniques dans les pays pauvres – sous le nom de « recyclage mondial ». Le problème est simple : comme dans tout pays en bon ordre de marche, l’économie mondiale, si elle veut nourrir, éduquer et développer le monde pauvre, doit prendre l’argent là où il se trouve. Tant que le monde riche ne le comprendra pas, l’exploitation et la destruction continueront à faire leurs ravages sur la planète. […]

Vous abonner à la revue Partage international vous permet de lire dans leur entièreté de nombreux articles d’intérêt.


La voix du peuple

 

La voix du peuple ne cessera de s'amplifier jusqu'à ce que, guidés par la sagesse de Maitreya, les peuples conduisent leurs gouvernements à créer une société juste dans laquelle seront respectés les droits et les besoins de tous.

Actions américaines pour la paix

Pour le quatrième anniversaire de l'invasion américaine en Irak du 20 mars 2003, des centaines de milliers de personnes ont manifesté contre la guerre, au Canada, en Australie, en Turquie, et à travers l'Europe, dont l'Espagne où eut lieu la manifestation la plus importante, avec 100 000 participants estimés.

Cependant, mars a aussi vu se dérouler aux États-unis quantité de manifestations de toutes sortes en faveur de la paix. Pendant le week-end anniversaire des 17 et 18 mars, plus de 1 000 manifestations ont eu lieu dans tous les États-unis. Il y eut même un rassemblement au Pentagone qui attira des dizaines de milliers de personnes malgré le froid intense.

A Washington, près de 3 000 personnes, venues de tout le pays, se sont rassemblées devant la cathédrale, à l'initiative d'une vingtaine de groupes religieux. Parmi les activistes chrétiens pour la paix présents à ce rassemblement, 100 ont été arrêtés pour avoir prié pour la paix dans un acte délibéré de désobéissance civile. Parmi les orateurs se trouvait Celeste Zappala, dont le fils fut tué en Irak en 2004. Au cours du week-end, plus de 150 actions et offices chrétiens et interreligieux pour la paix se sont déroulés dans le pays.

Quelques militaires en service actif se sont joints à la manifestation de Washington, en vertu des règles les autorisant à manifester mais limitant leur liberté de parole. Le second maître Jonathan Hutto, en service actif à l'US Navy, a déclaré à la foule que le peuple américain avait voté contre la guerre aux élections de novembre 2006 : « Nous sommes ici pour encaisser l'addition. » « Trop ont déjà péri et cela ne résout rien, a déclaré Ann O'Grady, venue avec sa famille depuis Athens (Ohio) en voiture dans d'épouvantables conditions. Je me sens mal à réaliser mes activités quotidiennes pendant que de gens souffrent, Américains et Irakiens. »

Stop au financement de la guerre

A travers les États-unis, se déroule une tentative incessante de persuasion du corps législatif de voter contre le financement de la guerre en Irak, se traduisant par l'occupation de bureaux de membres du Congrès au Capitole et dans leurs circonscriptions. « Nous considérons cette action comme une extension du lobbying,  a déclaré Jeff Leys, coordinateur de Voices for Creative Nonviolence (Expression de la non-violence créatrice) à Chicago. L'objectif est
toujours de gagner du temps, encore et encore. »

Les manifestants, allant d'une poignée à quelques dizaines, peuvent rester dans les lieux quelques minutes ou plusieurs heures avant que la police arrive. Ils sont assis, debout, chantent, scandent des slogans, prient, sonnent des cloches, lisent des lettres de soldats envoyées à leurs familles et jouent des pièces de théâtre satiriques anti-guerre.

Parmi les nombreuses personnalités politiques visées se sont trouvés John McCain et Hillary Clinton, candidats à la présidence, ainsi que la présidente démocrate du Congrès, Nancy Pelosi, dont le bureau a été occupé et le domicile de Pacific Heights lieu de rassemblement d'un « Camp Pelosi » réunissant des manifestants avec tentes, panneaux et affiches, afin de l'exhorter à lutter contre le financement ininterrompu de la guerre.

Des milliers de personnes ont convergé vers un parc new-yorkais face aux Nations unies, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Lâcher Bush, pas des bombes » et « Pas un dollar de plus, pas un mort de plus » . Lors d'une manifestation dirigée contre les principaux fournisseurs de la défense américaine, Lockheed Martin, Boeing, Northrop Grumman, Halli-Burton, General Electric et d'autres, des manifestants se sont allongés devant l'entrée de la Bourse de New-York en scandant « Stop à l'argent, stop à la guerre » . Quarante quatre d'entre eux ont été arrêtés. « Les militaires américains et les civils irakiens périssent pour le profit d'une élite,» s'est indigné Fabian Bouthilette, enseignant, ayant servi pendant deux ans dans l'US Navy.

Montée de l'opposition à G. Bush

Des centaines d'actions ont déjà été conduites pour demander la destitution du président Bush. Au Vermont, à la suite d'une tournée de quatre jours d'un groupe d'activistes de la paix – 36 villes ont voté pour exiger des législateurs de cet Etat qu'ils appuient une motion déposée à la commission des Affaires judiciaires de la Chambre des représentants, visant à initier la procédure d'impeachment contre G. Bush et le vice-président Dick Cheney. « Il est clair qu'il ne s'agit pas d'un cri de protestation, mais le début d'une action insurrectionnelle visant à se réapproprier notre Constitution » , a déclaré l'organisateur Dan DeWalt. Les manifestants, arrivés sur les marches du Capitole, ont demandé l'impeachment du président en faisant l'énumération de ses « actes criminels » , dont la justification de la guerre en Irak par des informations falsifiées. A Salt Lake City, le maire de la ville, Rocky Anderson, a déclaré devant un comité du Sénat local que, si l'on compare les autres cas d'impeachment d'un président des États-unis survenus dans le passé, « il n'y a jamais eu autant d'arguments irréfutables que dans le cas de G. Bush ».

Les enfants nous montrent le chemin

Début avril 2007, des jeunes ont défilé en patins à roulettes et trottinettes à travers Brooklyn en scandant : « Plus de guerre en Irak » et « De l'argent pour l'éducation, pas pour la guerre » . Les jeunes portaient des ballons gonflés à l'hélium et des bannières avec des slogans tels que « Les enfants irakiens font la paix », « La guerre est le contraire de la Vie  » . Ils étaient accompagnés d'adultes issus de groupes tels que les Parents de Brooklyn pour la paix, La Première Eglise pour l'unité de Brooklyn et le parti des Verts de l'Etat de New York. Comme la procession défilait, des passants ont applaudi, des voitures ont klaxonné et des coureurs ont fait le signe de la paix.

Fabien Bouthillette, vétéran de la guerre en Irak, s'est adressé à la foule : « Voir ces jeunes est énergisant. C'est ce dont j'ai besoin pour tenir le coup. » Puis il a raconté aux manifestants qu'il étudiait à l'académie navale lorsque la guerre a éclaté et que plus tard, il avait stationné sur un destroyer dans le Golfe d'Arabie où trois de ses camarades de bord furent tués par des bombes suicides. « Cela me rend malade de voir des rubans jaunes et des « encourageons nos troupes » sur des autocollants de pare-chocs de voitures. Cela ne signifie rien. Cette idée que le fait d'être contre la guerre est d'être contre les troupes est complètement rétrograde. G. Bush a été plus préjudiciable à notre Constitution que n'importe quoi d'autre. »

F. Bouthillette a également dénoncé les dépenses de milliards de dollars pour le conflit tandis que 10 % de cette somme dépensée pour la guerre aurait pu être utilisés pour restaurer les ravages causés par l'ouragan à la Nouvelle-Orléans .

Un grand nombre de politiciens locaux ont apporté leur soutien aux manifestants. Une mère organisatrice du défilé pour la paix, Helen Selsdon, a terminé la manifestation en citant Martin Luther King : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères ou périr ensemble comme des fous. »

[Source : Carroll Cobble Courier, E.-U.]


Une idée qui peut nous unir (extrait)

Interview de Howard Zinn par Jason Francis

Né en 1922 à Brooklyn, Howard Zinn est une des figures de proue des combats pour la paix et la justice sociale dans son pays. Dramaturge, politologue et historien de renommée internationale, il a écrit de nombreux ouvrages, dont A People's History of the United States : 1492-Present (Une histoire populaire des États-unis, de 1492 à nos jours). Jason Francis l'a interviewé pour Partage international.

 

Partage international : Vous avez déclaré que l'avenir des États-unis est étroitement lié à la connaissance de leur histoire par les Américains, et que leur côté va-t-en guerre s'explique par leur « inculture historique ». Quelles seraient les leçons que nous devrions apprendre de l'histoire, tant nationale qu'internationale ?

Howard Zinn : Les Américains ont avant tout besoin de connaître l'histoire de leur politique étrangère. Ils doivent en particulier savoir qu'elle a été marquée dès ses tous débuts par son expansionnisme : de la Révolution américaine à la « conquête l'Ouest » au XIXe siècle qui, par une série de massacres qu'on qualifierait aujourd'hui de nettoyages ethniques, a expulsé les peuples natifs de leurs terres ancestrales pour les acculer dans des zones de plus en plus réduites. Tout cela est à peine mentionné dans les livres d'histoire, qui ramènent notre relation avec les Indiens à quelques épisodes hollywoodiens, comme la défaite de Custer à Little Big Horn et Pocahontas. Ils passent sous silence ce processus très complexe d'anéantissement et d'expulsion dont ils furent victimes.

Cet expansionnisme s'est étendu ensuite outre-mer en 1898, aux dépens de l'Espagne qui dut nous céder Cuba, Puerto Rico et les Philippines ; puis, s'est poursuivi dans les années 1920, sous la forme de séries continuelles d'interventions des Marines en Amérique centrale et des longues occupations de Haïti et de la République dominicaine. Après la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis, devenus première puissance mondiale, ont supplanté les anciennes puissances coloniales – Grande Bretagne, Pays-Bas et France – s'assurant du même coup des ressources pétrolières de la planète. Depuis, nous menons guerre après guerre : Corée, Vietnam, Grenade, Panama, Afghanistan et Irak... Il est essentiel de prendre conscience que nous n'avons apporté la démocratie à aucun de ces pays que nous avons occupés.

Le peuple américain, s'il avait mieux connu son histoire, aurait davantage été en mesure de résister aux pressions du président Bush pour lancer sa guerre contre le terrorisme et imposer la démocratie au Moyen-Orient après le 11 septembre 2001. Il aurait beaucoup rabattu de ses prétentions à apporter la liberté et la démocratie à d'autres parties du monde.

Notre histoire comporte d'autres leçons tout aussi essentielles : la lutte des classes, l'emprise qu'exerce depuis notre Constitution le monde des affaires sur notre vie politique. Ce sont les intérêts économiques qui contrôlent en grande partie le gouvernement, s'en servant notamment pour contrer le mouvement syndical et briser les grèves. D'où la longue et dure histoire des luttes ouvrières menées pour arracher au patronat et à l'Administration un certain nombre de droits fondamentaux, comme la journée de 8 heures, les assurances contre les accidents du travail et un niveau de vie décent.

La prise de conscience de cette lutte des classes, est essentielle pour nous aider à comprendre que les combats politiques sont, en définitive, des combats économiques. Que la domination des deux partis [républicain et démocrate] vient de ce qu'ils sont étroitement liés aux intérêts des multinationales. Et que cette domination du système bipartisan ne fait que refléter celle des intérêts financiers sur ceux du peuple américain.

 

PI. En dehors de cette tendance marquée à l'expansionnisme, notre Histoire nous donne-t-elle des exemples où, par notre union, nous avons pu vaincre cette collusion apparemment invincible entre les pouvoirs politique et économique ?

HZ. C'est un des rôles majeurs de la réflexion sur l'Histoire, que de montrer, non seulement comment nous nous sommes retrouvés plongés dans des guerres, désastreuses pour nous et bien d'autres peuples, mais aussi comment le peuple américain a su résister à cette collusion. De montrer qu'il est possible aux citoyens, à certains moments de leur histoire, de s'unir et de se mobiliser collectivement pour défaire l'alliance entre le gouvernement et les multinationales.

L'histoire du mouvement ouvrier n'est pas uniquement celle d'une défaite. C'est une histoire de luttes enthousiastes des classes laborieuses pour obtenir, entre autres choses, le droit de créer des syndicats, bref, de se défendre face aux corporations. Une histoire montrant qu'il est possible de faire échec à des entreprises extrêmement puissantes et apparemment invulnérables, comme l'étaient les General Motors, Ford et US Steel des années 1930, qui paraissaient imperméables à tout changement. En dépit de toutes leurs rodomontades, elles durent finalement céder devant la détermination des organisations syndicales et les grèves.

Notre Histoire nous a également appris que les Noirs de ce pays ont été en mesure, à plusieurs reprises, de s'organiser pour apporter des changements radicaux à leur situation dans la société. Je pense au mouvement anti-esclavagiste qui, bien qu'il ait mis plus de trente ans à se développer, entre les années 1830 et 1860, a cependant réussi à forcer Lincoln et le Congrès à affranchir les esclaves, totalement ou partiellement. Partiellement, du fait de la persistance de l'apartheid dans le Sud, jusqu'à ce que, dans les années 1950 et 1960, des gens, eux aussi au pouvoir en apparence dérisoire, fassent une nouvelle fois la preuve, au risque de la prison, voire de leur vie, qu'ensemble, on peut changer les choses. Rappelez-vous cet immense mouvement de désobéissance civile – le boycott des bus de Montgomery, les sit-ins, les marches de la liberté... Le résultat en fut tout simplement miraculeux.

Nous avons vu, pendant la guerre du Vietnam, comment une opposition au départ apparemment minuscule a pu se transformer en un vaste mouvement, qui a forcé la première puissance militaire de la planète à céder et à se retirer de ce pays, en dépit des déclarations belliqueuses qu'elles n'avaient cessé de multiplier.

Nous avons connu aussi d'autres victoires collectives. Celles du mouvement féministe, dans les années 1960-1970, qui a introduit dans ce pays une nouvelle conscience de l'égalité sexuelle ; celle des handicapés, également, qui, par leur union, ont réussi à arracher à l'Administration la reconnaissance de certains droits. L'histoire de ce pays est riche de ces exemples où l'union de citoyens a été capable de mettre en échec le pouvoir gigantesque du complexe politico-économique. […]

Vous abonner à la revue Partage international vous permet de lire dans leur entièreté de nombreux articles d’intérêt.


SIGNES DES TEMPS

Ovnis : témoignage d’un ancien gouverneur américain

Fife Symington, ancien gouverneur de l'Arizona, a déclaré récemment qu'il avait bien vu un ovni il y a dix ans, bien qu'il ait publiquement tourné l'affaire en ridicule à l'époque. F. Symington affirme maintenant que le phénomène aérien connu sous le nom de « Lumières de Phoenix » qui a eu lieu le 13 mars 1997, était en fait un ovni. Les «  lumières » furent décrites comme alignées à l'avant d'un grand vaisseau spatial qui traversait lentement une zone d'approximativement 480 km au-dessus des États américains de l'Arizona et du Nevada et de l'État mexicain de Sonora (voir Partage international, septembre 1997). F. Symington avait vu ces lumières « venues d'ailleurs » , mais avait refusé de reconnaître qu'il s'agissait d'un ovni pendant dix ans, « ne voulant pas semer la panique » .

En tant qu'ancien officier de l'Armée de l'Air américaine et pilote chevronné, il était entraîné à identifier les objets aériens de manière exacte. F. Symington a déclaré : « C'était plus grand que tout ce que j'ai jamais vu. C'était un objet énorme et inexplicable. Qui sait d'où il venait ? De nombreuses personnes l'ont vu. Et cela ne pouvait être des fusées éclairantes (provenant d'avions militaires) car c'était trop symétrique. Cela avait un contour géométrique, une forme constante. » Dans ses remarques faites à CNN il expliqua que l'ovni « donnait tout simplement l'impression de venir d'un autre monde. Dans votre fort intérieur, vous pouviez juste dire qu'il venait d'ailleurs. »

Faisant référence de manière plus générale à la question des ovnis, F. Symington a déclaré : « Je souhaite que les responsables du gouvernement cessent d'empêcher les enquêtes concernant les ovnis. »

[Sources : Associated Press, CNN, E.U.]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le grand vaisseau spatial venait de Mars et effectuait un travail régulier.]

Des ovnis détectés à Delhi

Le 7 mars 2007, au matin, un radar de contrôle aérien de Delhi (Inde) a détecté deux ovnis se déplaçant au-dessus de la ville, notamment près de la résidence du premier ministre indien. D'après les responsables du contrôle aérien, les objets se déplaçaient trop lentement pour être des avions. L'Armée de l'Air indienne explique que les objets auraient pu être des oiseaux migrateurs ou que le phénomène pouvait provenir d'un dysfonctionnement du radar.

Selon un compte rendu de CNN-IBN news en Inde, les ovnis volaient à 11 km l'un de l'autre, au-dessus du district de Safdarjung, à Delhi, avant de se diriger vers l'est et de disparaître de l'écran radar. Le contrôle aérien militaire et l'Armée de l'Air ont essayé sans succès d'établir un contact radio. Les ovnis volèrent au-dessus de l'aéroport de Safdarjung, situé à deux kilomètres de la maison du premier ministre indien et d'autres zones hautement sécurisées.

[Source : www.ibnlive.com]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que ces ovnis étaient des vaisseaux spatiaux venus de Mars effectuant un travail régulier de contrôle.]

Tentative d'interception d'un ovni près de Londres

Le 12 janvier 2007, selon un compte rendu paru dans The Bury Free Press , le contrôle militaire aérien de Londres a envoyé des avions d'une base voisine pour intercepter un ovni. Un groupe ufologique basé en Grande-Bretagne a diffusé sur Internet un compte rendu radio qui prouve selon eux que « le contrôle aérien militaire de Londres a contacté une escadre de F-15 de l'armée de l'air américaine se trouvant sur la base après qu'un ovni ait été détecté sur leur écran radar, le 12 janvier ». Steve Johnson a déclaré dans UFO Data Magazine que le message audio avait été enregistré par des amateurs qui se trouvaient dans la zone et qui ont intercepté un appel lancé par le contrôle militaire aérien de Londres à un équipage de jets F-15 américains stationnés à la base de la Royal Air Force à Lakenheath.

La voix sur l'enregistrement demande aux aviateurs américains d'intercepter un engin inconnu volant à une altitude de 1 000 à 1 200 mètres . Les jets américains décollèrent et détectèrent un objet inconnu sur leur radar. Ils effectuèrent deux passages au-dessus de l'objet, l'un à 5 000 mètres et l'autre à 5 400 mètres . Les pilotes décrivirent « un objet noir ressemblant à un rocher » , différent de tout autre vaisseau spatial qu'ils avaient pu voir auparavant. Ils virent l'objet volant s'immobiliser complètement. Sur l'enregistrement, un pilote demande à l'autre « Tu as vu ça ? » « Oui, mais je préfère ne pas en parler », répond l'autre pilote.

Steve Johnson, d'UFO Data Magazine , a déclaré : « Nous examinons encore la question et nous avons fait une requête de liberté d'information au ministère de la Défense et également contacté la RAF de Lakenheath – mais ils ne nous ont pas encore répondu. »

[Source : Bury Free Press , G.-B.]

[Le Maître de B. Creme a indiqué qu'il s'agissait d'un vaisseau venant de Mars et effectuant un travail régulier d'analyses.]

Un crash d'ovni signalé en Somalie

Un objet décrit par des témoins comme ressemblant à « un satellite ou un ovni » s'est écrasé dans une zone rurale de Somalie. L'événement s'est produit près du village de Buulo-Burde, à 220 km de la capitale, Mogadishu, le 21 mars 2007. « Un grand objet volait au-dessus de nous et un peu plus tard nous avons entendu un grand bruit », a déclaré Ilyas Ali, un villageois vivant dans la région. L'objet occupait une zone de cent mètres carrés.

[Source : www.somalinet.com]

[Le Maître de B. Creme a indiqué qu'il s'agissait d'un vaisseau spatial venant de Mars. Il ne s'est pas écrasé mais a atterri délibérément.]

Des ovnis en Grande-Bretagne

Le 2 mars 2007, à 10 h 40, une femme a vu un objet ovale écarlate, avec des flashs de lumière rouge sur le côté, traversant le ciel au-dessus de Tottenham High Road, à Londres (Angleterre). « Il se dirigeait vers Spurs [terrain de football] , puis il disparut. J'ignore ce que c'était. L'ensemble était formé de métal d'un rouge éclatant avec des lumières » , a-t-elle déclaré.

Le 7 avril 2007, un objet volant en forme d'avion à réaction laissant deux traînées de vapeur fut saisi sur une vidéo par Leslie Williams, un homme d'affaires à la retraite, qui installait son caméscope pour filmer une éclipse de lune. Il a raconté qu'à environ 21 h 15, l'objet « passa soudain devant la lune » au-dessus de Manchester Road, à Burnley, dans le Lancashire (Angleterre).

[Source : Burnley Express , G.-B.]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les deux objets étaient des éclaireurs venant de la planète Mars et effectuant une patrouille de routine.]


 

Conférences de Benjamin Creme en 2007 (à venir)

 

Toutes les conférences sont en anglais. Des traductions sont réalisées en direct pour les pays non anglophones.

GRANDE-BRETAGNE

Londres :

Les conférences publiques y sont données à Friends House, 173/177 Euston Road, London NW1 (en face de la Station Euston).

Horaire conférences: 19 h à 21h30 (portes 18h30)

Renseignements: Share International, PO Box 3677, London NW5 1RU. Tél. 0044-207-482-1113; Fax. 0044-207-267-2881

Prochaines conférences :  les 14 juin, 10 juillet 2007 

Entrée  libre. 

JAPON

Tokyo :

Conférence le 12 mai 2007

Transmission le 13 mai 2007

 

Osaka :

 

Conférence le 19 mai 2007

Transmission le 20 mai 2007

 

Nagoya :

 

Conférence le 22 mai 2007

Transmission le 23 mai 2007

 

Renseignements : tél. 00 8142 799 2915

 

Etats-Unis

New York :

Conférence le 28 juillet 2007

Transmission le 29 juillet 2007

Tél. 212-665-9959 ou 718-951-7295

Los Angeles :

Conférence le 4 août 2007

Transmission le 6 août 2007

 

Tél. 818-785-6300

 

San Francisco :

 

Conférence le 12 août 2007

Transmission le 14 août 2007

 

Tél. 510-841-3738

 


 

PARrAINEZ LES activités du Réseau

Nous continuons à avoir besoin de vos dons pour mener à terme nos activités. Le groupe a plusieurs projets dont des publicités dans des journaux. Votre aide nous permet de faire connaître davantage à l'humanité le merveilleux message d'espoir du retour des Maîtres de Sagesse et de Maitreya, l’Instructeur mondial.

 

Une bonne manière de participer financièrement, sans grever votre budget, est de le faire sous forme de dons mensuels (chèques post­datés). Un don mensuel minimum de 10$ de chacun et chacune de nos lecteurs ou  lectrices nous permettrait d’élargir le champ de nos activités. 

 

Vous pouvez participer à ce parrainage, si vous le désirez. Vous pouvez même faire votre don en ligne par carte de crédit (méthode sécurisée) en visitant notre page http://taraquebec.org/donnation.html

 

Si vous désirez contribuer financièrement par la poste, imprimez le Bon de commande en visitant www.taraquebec.org/catalog.htm

 


Questions - réponses de Benjamin Creme dans la revue Partage international mai 2007 (extraits)


 

Benjamin Creme traite, dans cette rubrique, toutes questions ayant trait aux activités de Maitreya et de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, ainsi qu’aux enseignements de la Sagesse éternelle, auxquelles il n’a pas répondu dans ses livres. Benjamin Creme ne souhaite pas se poser en arbitre de l’au­thenticité de l’activité et des communications des autres groupes. Veuillez donc vous abstenir de poser des questions sur ces sujets.

Les questions doivent être adressées à : Share Internatio­nal/Questions, PO Box 36-77, London NW5 IRU, G.-B.

 

Q. Dans une émission récente de la télévision britannique, on a affirmé qu'une grande partie du réchauffement climatique était causé par les océans, et entièrement naturel. Qu'en pensez-vous ?

R. C'est une idée très dangereuse et largement admise par ceux qui accepteraient volontiers de croire que nous n'avons pas besoin de supprimer ou de réduire nos émissions de gaz carbonique, qui sont à l'origine du réchauffement climatique. Il est très important que nous apprenions à faire face non seulement au réchauffement climatique, mais également aux changements complets qui ont lieu dans la structure de notre planète. Les scientifiques sont partagés sur la question et les fournisseurs de pétrole s'empressent d'employer ceux qui disent qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Selon les Maîtres, qui sont les seules personnes à savoir avec certitude, 80 % de l'élévation de température dans le monde est dû au réchauffement climatique causé par l'homme. Vingt pour cent est dû à certains changements dans la relation entre le Soleil et la Terre que Maitreya lui-même a provoqués, en partie pour attirer notre attention sur l'urgence de traiter ce danger pour notre vie planétaire.

 

Q. Un récent reportage britannique révèle que l'usage de drogues chez les jeunes augmente en dépit de tous les efforts faits pour le contrer. Qu'en pensez-vous ?

 

R. Les distributeurs et les dealers de drogue travaillent plus dur que ceux (les forces de police) qui essaient d'arrêter la distribution. Ils agissent également de manière plus systématique et ont une plus longue expérience et une efficacité plus grande. L'effort d'éducation visant à prévenir l'usage de la drogue ne réussit qu'à demi et, bien que largement répandu, il n'a pas justifié le temps et l'argent qui y ont été consacrés. La raison fondamentale, cependant, pour l'augmentation de l'usage de drogues est qu' « en suivant aveuglément les forces de marché » , comme le dit Maitreya, le gouvernement a créé des conditions de compétition aride comme seule possibilité d'avenir pour les jeunes ; la plupart du temps ils sentent qu'ils n'ont rien de valable à espérer et recherchent l'effet transitoire des drogues pour soulager leur angoisse existentielle. Ils ont besoin d'espoir et d'une inspiration suffisante pour satisfaire leur idéalisme inné, mais, au lieu de cela, ils trouvent un avenir vide d'inspiration. Ils se sentent en conflit avec eux-mêmes et en marge d'une société qui, à leur avis, ne leur apporte rien de valable.

La montée de l'usage de la drogue chez les jeunes continuera par conséquent à s'accentuer dans la situation politico-économique actuelle. Il faudra la présence de Maitreya au grand jour pour donner aux jeunes l'espoir et l'enthousiasme qu'ils ont perdus ou n'ont jamais trouvés.

 

Q. Vous parlez du pouvoir du peuple et il y a eu de nombreuses marches en faveur de la paix. Ont-elles réellement un impact ? Il semblerait que les gens n'y participent pas, dans ce cas font-elles réellement une différence ?

 

R. Il y a eu assez récemment une manifestation à Londres et les organisateurs ont dit qu'environ 100 000 personnes y avaient pris part. La police a finalement admis le chiffre de 10 000 participants. D'après mon Maître, les organisateurs n'étaient pas loin de la vérité, il y avait en fait entre 90 000 et 100 000 manifestants. La police ment toujours sur le nombre de personnes participant à une manifestation, il s'agit d'une simple manipulation pour des raisons gouvernementales, afin de s'assurer que les gens demeurent sous contrôle. C'est une façon d'écarter les gens des manifestations, car ils se disent : « A quoi bon ? » Cependant, vous ne pouvez voir qu'une partie de la manifestation à un moment donné, celle où vous vous trouvez. Vous n'avez aucune idée de l'étendue de l'ensemble. Il est d'usage que les organisateurs avancent le meilleur chiffre possible et peut-être exagèrent, mais cette fois ils ne semblent pas avoir exagéré du tout. Il est important de maintenir un nombre grandissant de manifestations, pas seulement de temps en temps, mais de manière régulière, et ces manifestations répétées auront un impact progressif sur la façon de penser du gouvernement.

Il est difficile pour nous d'estimer la valeur de telles manifestations, mais les Maîtres ne doutent pas que ce soient de très puissants moteurs de changement. Nous devons en organiser de plus en plus souvent et en nombre grandissant. Le « pouvoir du peuple » transformera le monde.

 

Q. Avez-vous des informations sur l'avenir de Cuba et savez-vous quand Fidel Castro se retirera ?

 

R. Cuba est un État artificiel depuis longtemps, le résultat de deux formes d'action, l'une venant principalement de Fidel Castro lui-même, et l'autre du gouvernement des États-unis. Le gouvernement américain a supprimé toute aide et même toute forme de commerce avec Cuba depuis des années. En même temps Fidel Castro – qui possède par ailleurs de grandes qualités – a été longtemps un dictateur, et une dictature, bénéfique ou non, n'est bonne pour personne. Les gens de Cuba pourraient avancer très vite si les États-unis arrêtaient leur embargo et si Fidel Castro se retirait et renonçait à contrôler tous les aspects de la vie cubaine.

Une dictature, même bénéfique, n'est pas la réponse aux besoins de l'humanité. Les gens doivent être libres. Et cette liberté doit être en relation avec un sentiment de justice. A Cuba, il existe un certain degré de justice, mais pas de liberté politique. La justice et la liberté sont liées, toutes deux sont divines et nécessaires pour la divinité de tout être humain.

A mon avis, la fin du règne de Fidel Castro sera réellement une bonne chose à long terme pour le peuple cubain. Les Cubains deviendront eux-mêmes, penseront par eux-mêmes et auront à la fois la liberté et la justice.


La méditation de Transmission

 

La Transmission est une forme de méditation de groupe ayant pour objet de transmettre des énergies spirituelles, au bénéfice de l’humanité. Il s’agit d’un acte de service, qui s’effectue en coo­pération avec les Maîtres de Sagesse. Les Maîtres de Sagesse sont les êtres éclairés qui nous ont précédés sur le chemin de l’évolution. Ils ont atteint un degré d’évolution spirituelle tel que, de notre point de vue, ce sont des êtres parfaits. Ils servent le Plan d’évolution, travaillant avec de grands flux d’énergies qu’ils équilibrent et dirigent dans le monde selon les nécessités. Ils font ainsi progresser l’humanité sur le sentier de l’évolution, puisque c’est grâce au stimulus de ces énergies que toute vie évolue. Certaines énergies spirituelles sont d’une puissance telle qu’elles doivent être réduites en intensité pour que l’humanité puisse les assimiler. Le but des groupes de transmission est pré­cisément de réduire l’intensité de ces énergies. Ainsi ces groupes agissent-ils comme des « transformateurs ».

On trouvera quelques recommandations, utiles et simples, sur la manière de conduire une Transmission dans le livre de Benjamin Creme : la Transmission, une méditation pour le nouvel âge.

Il existe des groupes de transmission actifs, ouverts à tous, dans de nombreux pays. Aucune participation financière n’est demandée.

 

POUR CONSULTER LA LISTE DES GROUPES DE MÉDITATION DE TRANSMISSION DU QUÉBEC ET D’OTTAWA, OU  PÒUR CRÉER OU VOUS JOINDRE À UN GROUPE DE TRANSMISSION, VISITEZ LE SITE SUIVANT

 

http://www.taraquebec.org/t-groupes.html


ABONNEMENT À La revue Partage International


Vous abonner à la revue Partage international constitue aussi un excellent moyen d’être au courant des dernières nouvelles sur l’Émergence de Maitreya, de lire 10 fois l’an un article du Maître de Benjamin Creme, ainsi que des articles de collaborateurs de la revue portant sur des sujets chers au cœur de Maitreya, comme le partage, la justice, la paix dans le monde.

 

La revue Partage international est depuis janvier 2002 une traduction intégrale de la revue en anglais Share International, et du même format de 8½ x 11 pouces.

 

Si vous êtes du Québec et que vous désirez vous y abonner, de façon sécurisée, par Paypal ou carte de crédit, visitez

www.taraquebec.org/revue.html

 

ou retournez-nous le bon de commande que vous trouverez à

 http://taraquebec.org/catalog.htm  avec votre paiement (70.00$ pour 1 an - 10 numéros).

 


 

NOS LIVRES NE SONT PLUS EN LIBRAIRIE !

 

En mai 2006, notre contrat avec le distributeur Raffin est venu à échéance, et Raffin a choisi de ne pas le renouveler. Nous avons tenté d’intéresser un autre distributeur connu à notre cause, mais nous ne rejoignions pas ses critères de vente ! Nous devrons donc nous occuper nous-mêmes de la distribution des livres de Benjamin Creme. C’est un travail considérable car il existe des centaines de librairies francophones au Québec (et quelques-unes à l’extérieur du Québec).

 

Nous sollicitons donc votre aide ! Connaissez-vous personnellement un libraire susceptible d’être intéressé à nos livres, et pour lequel vous pourriez servir d’intermédiaire pour le Réseau ? Peut-être seriez-vous intéressé(e) à faire partie de l’équipe de distribution ?

 

Christian Tremblay se fera un plaisir de vous accueillir  dans son équipe :

514-382-0967 ou 1-888-886-TARA (8272), secrétariat du Réseau, ou

tremchristian@gmail.com


 

VOUS POUVEZ MAINTENANT ACHETER EN LIGNE LES LIVRES DE BENJAMIN CREME ET DIVERS DOCUMENTS EN PAYANT PAR CARTE DE CRÉDIT

Les livres de Benjamin Creme et divers documents, tels des audiocassettes, des vidéocassettes, des documents thématiques et des cartes diverses peuvent maintenant être achetés en ligne et payés par carte de crédit.

Pour un achat sécurisé par Paypal ou carte de crédit, visitez http://taraquebec.org/achatscarte.html

Les achats par la poste demeurent une possibilité en visitant www.taraquebec.org/catalog.htm

Pour lire la description des livres et des documents en question, visitez www.taraquebec.org/ap-livres.html


 

Le livre de Benjamin Creme : « Enseignements de Maitreya : les Lois de la Vie » est disponible au Québec

L’avant-dernier ouvrage de Benjamin Creme, Maitreya’s Teachings – The Laws of Life, est paru en français sous le titre « Enseignements de Maitreya : Les Lois de la Vie »

Nous ne possédons pas même des fragments de l'enseigne­ment que les Instructeurs mondiaux des temps anciens ont pu transmettre avant d'être pleinement reconnus dans leur mission spirituelle. Nous ne connaissons d'ailleurs pas l'enseignement du Christ, du Bouddha ou de Krishna, si ce n'est à travers le regard de leurs disciples. Aujourd'hui, pour la première fois de l'histoire, il nous est donné d'avoir un avant-goût des pensées et de la vision d'un Être d'une stature incommensurable, et de com­prendre ainsi le sentier d'évolution qui nous attend et dont il est venu mettre en lumière pour nous les étapes.

 

Cet Instructeur semble pourvu d'une connaissance et d'une conscience sans limites, d'une tolérance et d'une sagesse inson­dables, d'une humilité inconcevable. Il n'est guère possible de lire ces pages sans en être transformé. Certain seront surpris de la lumière nouvelle qu'elles projettent sur certains événe­ments mondiaux. Pour d'autres, c'est la présentation en termes simples des secrets de la réalisation de soi, ou encore l’expres­sion d'une expérience vivante de la vérité qui sera une révélation.

Pour tous ceux qui aspirent à connaître les Lois de la Vie, ce texte donnera accès à une vision subtile et pénétrante qui les amènera au cœur de la vie elle-même, et leur dévoilera un sentier conduisant aux sommets. L'unité essentielle de tout ce qui vit apparaît ici de la manière la plus claire et la plus convaincante. Jamais les lois qui structurent notre existence n'ont été présen­tées sous un jour plus naturel et moins contraignant.

 

ATTENTION – Ce livre est disponible au Québec. Pour le commander par Internet et payer par carte de crédit visitez http://taraquebec.org/achatscarte.html

 

Pour le commander par la poste, imprimez le bon de commande que vous trouverez ici http://taraquebec.org/catalog.htm et expédiez-le avec votre paiement.

 


 

Nouvelle parution : le livre « Un Maître parle » en seconde édition contient 252 articles du Maître

 

La première édition de Un Maître parle en français, parue en décembre 1986, comprenait les 48 premiers articles du Maître de Benjamin Creme, publiés par la revue Share International entre janvier 1982 et juillet 1986.

La seconde édition, qui vient de sortir, comprend cette fois tous les articles datés de 1982 à 2006 inclus, dont un certain nombre inédits en français. La traduction de l'ensemble des textes a été profondément révisée, et un index a été adjoint.

Au fil du temps, le Maître partage sa vision unique d'un monde en évolution, sa connaissance et sa compréhension particulière des événements qui attendent l'humanité.

Il aborde également un vaste éventail de sujets, parmi les­quels: le concept de temps, la raison et l'intuition, la joie de vivre, la santé et la guérison, la mission de Maitreya, la loi de réincarnation, la science divine, la nécessité d'aimer. . .

 

552 pages. ISBN 978-2-951 0974-9-0

 

Ce livre sera bientôt disponible au Québec. Vous en serez informé sur notre site Internet ou par nos futurs Bulletins par courriel (email).

 


 

Le numéro spécial de la revue PARTAGE INTERNATIONAL

 (édition revue et augmentée)

 

Le numéro spécial de la revue Partage international  a été réédité et est maintenant disponible au coût de 7.00 $ l’unité (frais de poste en sus). Vous pouvez donner une copie de ce numéro spécial à vos connaissances.

 

De même format que le mensuel, ce numéro spécial de Partage international comprend désormais 36 pages, dont deux cahiers comprenant des photographies couleurs, illustrant la rubrique « Signes des temps ».

Pour un achat sécurisé par Paypal ou carte de crédit, visitez http://taraquebec.org/achatscarte.html

Les achats par la poste demeurent une possibilité en visitant www.taraquebec.org/catalog.htm


LE RÉSEAU UTILISE UN NUMÉRO DE TÉLÉPHONE SANS FRAIS

 

Vous pouvez contacter le secrétariat ou écouter des messages sur le retour de l’Instructeur mondial, la méditation de Transmission, nos conférences et autres activités et laisser un message à notre nouveau numéro sans frais :

 

1-888-886-TARA (8272).

 

Vous pourrez alors écouter un menu qui vous permettra d’accéder à l’un ou l’autre de ces messages, ceci en français ou en anglais.

 


DIFFUSEZ le Bulletin de nouvelles GRATUIT PAR COURRIEL, L’Émergence

 

Si vous avez des amis(es) qui montrent un intérêt pour les sujets spirituels et qui ont accès à un courrier élec­tronique (email), vous pou­vez leur transmettre ce bulletin par courriel (email), les invitant à le parcourir, et s’ils le désirent à s’inscrire.

 

Pour recevoir notre bulle­tin de nouvelles  « L’ÉMERGENCE »  par courriel (email) dix fois l’an, allez à

http://taraquebec.org/inscription.htm

 


Réseau Tara Canada (Québec)

C.P. 156, Succursale Ahuntsic
Montréal, (Québec) H3L 3N7

Téléphone sans frais  1-888-886-tara (8272)

Envoi d’un courrier : http://taraquebec.org/phorm/forme1.htm
Site Internet au Québec : http://taraquebec.org   

Site francophone international : http://partageinternational.org

Sites en 20 autres langues : http://taraquebec.org/langues.html


Vous recevez ce Bulletin parce que vous vous êtes abonné à http://taraquebec.org/inscription.htm

 

Pour vous désabonner allez à  http://taraquebec.org/inscription.htm


*********************************************