Le retour des Maîtres de Sagesse
et de Maitreya, l'Instructeur mondial



Facebook Share Intl Canada Facebook Partage International Facebook Méditation de Transmission Québec Canada Youtube Partage International Canada Youtube Share International Youtube Partage International


Accueil Suites   Page suivante Page précédente 


Suite à l'article « Expérience de mort imminente »
et suite des « Questions-Réponses » de Benjamin Creme.



Suite à l'article « Expérience de mort imminente : état de la reherche, par Patricia Pitchon »

Le récit d'un neurochirurgien

Un neurochirurgien étasunien, le Dr Alexander Eben, restait imperméable à toutes les expériences dont ses patients tentaient de lui faire part. Se décrivant lui‑même comme « praticien cinétique », il ne s'intéressait pas à ce qu'il ne pouvait pas toucher ou ressentir. Il appréciait la « netteté » des pro­blèmes posés par la science. Comme il aimait à l'expliquer, un patient souffrant d'une migraine et, en conséquence, d'une perte partielle de conscience, passe une IRM qui révèle une tumeur du cerveau ; le patient est opéré, la tumeur enlevée, et les symptômes disparaissent. Le Dr Alexander Eben savait aussi que, quand il regardait des neurones au microscope, la science ne lui expliquait pas comment le cerveau produisait la conscience. Mais il était convaincu que la science donne­rait un jour les réponses. Il approuvait totalement le point de vue matérialiste selon lequel le mental n'est que l'une des fonctions supérieures du cerveau. Cependant, quand il se trouva lui‑même dans le coma pendant une semaine en raison d'une forme rare de méningite bactérienne, il fit un voyage extraordinaire lors duquel il fut contacté par un « être » ayant pris la forme d'une très belle jeune fille qui lui fit savoir (sans lui parler) qu'on l'aimait et le chérissait. Il comprit alors que l'amour était « la base de tout ce qui existe », qu'il ne s'agissait pas de quelque chose d'abstrait et de difficile, mais d'un amour pur, inconditionnel, et dénué de toute jalousie et de tout égoïsme. Il a rencontré également un être divin qui, d'une certaine façon, « était si proche de lui, qu'il lui semblait qu'il n'y avait pas la moindre distance entre Dieu et lui‑même. » [La preuve du paradis, voyage d'un neurochirurgien dans l'aprés­viej Les nombreuses questions du docteur Alexander Eben re­çurent une réponse de l'être divin qui, en dépit de son im­mensité, n'en restait pas moins « chaleureux » et « personnel ». « Je vis l'abondance de la vie dans les innombrables univers, y com­pris ceux dont l'intelligence surpassait de loin celle de l'humanité. » Il vit « d'innombrables dimensions supérieures » qui ne pouvaient être connues qu'en pénétrant en elles et en en faisant l'expé­rience directe [La preuve du paradis]. Il affirme que, dans cet état, ses connaissances furent acquises par vision directe, sans processus de mémorisation, et enregistrées directement.

Des vies transformées

De nombreux bénéficiaires d'EMI ont non seulement perdu toute peur de la mort, mais ils ont également revu « le film de leur vie » , ce qui semble les avoir décidés à « en faire davan­tage », ne serait‑ce qu'en se préoccupant davantage d'autrui Victor, de Russie, qui n'avait eu aucune éducation religieuse, souffrait de dépression et était hanté par la peur de ne pas pouvoir terminer ses études. Sa vie lui semblait dénuée de sens. C'est alors que dans une EMI, il fut enveloppé d'une lumière extraordinaire dans laquelle il trouva paix, amour, et se sentit parfaitement à l'abri. « Une force invisible avait ouvert devant moi des voies nouvelles que je devais emprunter, m'avait fourni une raison de me battre qui donnait un sens à ma vie, qui me donnait pour but de « satisfaire les besoins de tous ceux qui étaient autour de moi en même temps que les miens, » et de rem­plir « chacune de mes journées d'activités bonnes et utiles ».

Gulden, de Turquie, déclare qu'après son EMI, il va au­devant des gens avec beaucoup plus de joie et ne se met pres­que plus en colère. « Ma journée est remplie d'amour et de paix. J'éprouve du plaisir à aider des gens que je ne connais pas. » Suresh, d'Inde, témoigne : « Dieu était amour, lumière et mou­vement. » Il précise qu'il a dû « nettoyer son mental et son coeur pour le recevoir et s'excuser auprès de tous ceux avec qui il s'était querellé et à qui, consciemment ou non, il avait causé du chagrin ». Il conclut en disant que le type d'amour qu'il a expérimenté « ne peut pas être décrit par des mots ». (Voir J. Steve Miller,

Near‑Death Experiences, où sont décrites de fascinantes expé­riences multiculturelles] « Au cours de l'ère du Verseau, on abordera la loi de renaissance sur des bases totalement nouvelles [ ...J Les hommes sauront qu'ils sont eux‑mêmes créateurs, par leurs pensées et leurs actions, de cir­constances de leur vie, mais que, par le jeu de ces mêmes lois, ils peuvent aussi transformer et améliorer leur propre nature et leurs conditions de vie. Cela mènera à une réévaluation du sens et du but de la vie et à une conception plus saine de la mort. La compréhension de toute vie, incarnée ou non, remplacera la crainte d'aujourd'hui ; la vieille phobie de la mort, considérée comme fin de toute chose, s'évanouira dans la nouvelle lumière qui viendra illuminer le mental des hom­mes. Eclairant les recoins les plus sombres de la superstition et de l'ignorance, cette nouvelle lumière brillera et éveillera les hommes à la conscience de leur divinité en tant qu'âmes immortelles. » (Un Maître parle, La Loi de renaissance, pp. 73‑74.]

Références

Alice A. Bailey : La mort, la grande aventure. (Compilation faite par deux étudiants, Lucis Trust) Raymond Moody : La Vie après la vie. Enquête à propos d'un phénomène : la survie de la conscience après la mort du corps (1975), éditions J'ai lu, coll. L'Aventure mystérieuse, N° A379 (13 sept. 2006) Raymond Moody : La Lumière de l'au‑delà, Robert Laffont (19 sept. 1988) Alexander Eben : La preuve du paradis, voyage d'un neurochirur­gien dans l'après‑vie, Guy Trédaniel, 2013 Jeffrey Long et Paul Perry : La vie après la mort, les preuves, JC Lattès, 2013 J. Steve Miller : Near‑Death Experiences [Expériences de mort imminente, non traduit], Wisdom Creek Press, Acworth, Georgia, 2012



Suite des « Questions-Réponses » de Benjamin Creme


Q. [I] Y a‑t‑il des pays qui combattent le changement climatique aujourd'hui ? [2] Certains pays sont‑ils plus avancés dans l'utilisa­tion et la recherche de sources d'énergie alternatives ? R. [1] Oui, des pays comme la Chine et certains pays euro­péens (comme la Grande‑Bretagne, l'Allemagne et la Scandi­navie). [2] Oui, tout à fait.

Q. Prenant beaucoup l'avion pour affaires et raisons familiales, je me sens coupable, mais ne peux rien y faire pour le moment. Je fais des dons à des organisations et à des cpuvres écologistes, mais ce n'est peut‑être pas suffisant. Que puis‑je faire d'autre pour compen­ser mon empreinte carbone ? R. Adhérer à Amis de la Terre ou à des organisations de ce type.

Q. Dans le supermarché de mon quartier, je trouve des haricots verts frais en provenance d'Egypte, du Sénégal et du Maroc, ainsi que d'autres produits qui ne sont pas de saison sur mon lieu de rési­dence. En même temps, je ne peux pas m'empêcher de me demander si les gens pauvres de ces régions peuvent se procurer des légumes frais. D'autre part, si nous achetons leurs produits, cela soutient l'économie de ces pays, n'est‑ce pas ? R. Seul un système mondial de partage des ressources de la planète sera en mesure d'apporter une solution aux problè­mes de ce type.

Q. Pensez‑vous que l'idée du partage tel que la Hiérarchie et vous­-même la concevez gagne du terrain dans le monde ? Les gens com­mencent‑ils à considérer le partage comme la seule solution pos­sible ? Si tel est le cas, dans quels pays cette idée est‑elle le plus avan­cée à l'heure actuelle ? R. Une certaine compréhension de la nécessité du partage commence plus ou moins à apparaître dans de nombreux pays. A terme ‑ très bientôt, j'espère ‑ elle prendra de l'am­pleur et deviendra la priorité numéro un dans le monde.

Q. La plupart des astronomes s'accordent aujourd'hui pour déclarer que l'expansion de l'univers continue, qu'elle ne s'arrêtera ni ne ra­lentira jamais, et qu'elle continuera à l'infini. [1] Les Enseigne­ments de la Sagesse Eternelle n'arment‑ils pas que l'univers arrê­tera son expansion à un certain point et commencera à se contracter, pour revenir au point unique dont toute création a émané ? [2] Et que, après une pause, la création et l'expansion reprendront ? Et ainsi de suite dans des cycles sans fin ? [3] S'il en est ainsi, pourriez‑vous nous préciser ce que les astronomes ont manqué ou oublié ? R. [1] Oui. [2] Oui. [3] La vérité.

Q. La « Philosophie du Partage » (« Filosofia della condivisione ») qui apparaît en Italie a‑t‑elle été inspirée par les Maîtres de Sagesse ? R. Non, mais c'est un principe qui se répand de plus en plus.

Q. Quelles sont les qualifications d'un Instructeur mondial, d'un Messie ? M. Creme révère un Messie déjà auto proclamé, mais je ne peux m'empêcher de penser qu'il s'agit d'un faux prophète, même s'il annonce un magnifique avenir pour tous les hommes. Je ne peux pas me prononcer sur la question de savoir s'il existe ou non un être descendant de David, et malgré tout oint spirituellement, le tout réalisé en une semaine comme cela est décrit dans l'illumina­tion de Maitreya. R. Si vous voulez vraiment comprendre ce que je dis, lisez mes livres. Je ne peux pas, en une courte réponse, expliquer des choses qui nécessitent un certain temps pour être compri­ses. Lisez mes livres ou venez à l'une de mes conférences. Maitreya a eu besoin de quelques jours pour s'acclimater, et non pour s'illuminer.

Q. [1] La focalisation de l'âme sur le corps astral (à ne pas confon­dre avec la polarisation) est‑elle courante chez les disciples ? [2] Pourquoi est‑elle donnée ? R. [1] Assez courante. [2] Elle augmente la sensibilité à l'af­flux d'énergie d'amour de Maitreya, dont la plus grande par­tie est focalisée sur le plan astral.

Q. [I] Dans le livre de Benjamin Creme La Mission de Maitreya, tome IJI, Haidakhan Baba est donné comme un initié de niveau 3, 0. Pouvez‑vous me dire s'il était adombré ? R. Il n'était pas adombré.

Q. Selon un co‑worker russe, les rayons de la Nouvelle‑Zélande don­nés dans la traduction russe de La Mission de Maitreya, tome 1, sont le 7e rayon pour l'âme et le Se pour la personnalité. Vous aviez précédemment dit que la Nouvelle‑Zélande avait une âme de rayon deux et une personnalité de troisième rayon. Pourriez‑vous confir­mer que la structure de rayons de la Nouvelle‑Zélande est bien 2/3 ? R. Les rayons de la Nouvelle‑Zélande sont : Ame : 2, Per­sonnalité : 3.

Q. [I] En quoi les Transmissions de vingt‑quatre heures sont‑elles différentes des Transmissions habituelles ? [2] Ne vaut‑il pas mieux se concentrer vraiment et transmettre correctement pendant dix, cinq ou trois heures par exemple, à dix ou vingt personnes, plutôt que vingt‑quatre heures avec parfois seulement trois personnes pré­sentes ? R. [1] Elles sont beaucoup plus longues ! En outre, elles sont moins fréquentes. Elles se tiennent en général trois fois par an, lors des grandes fêtes de Printemps, de Pâques, du Wesak et de l'Humanité. [2] La réponse est un oui nuancé. Car les trois grandes fêtes du Printemps constituent malgré tout pour les groupes du monde entier une opportunité exceptionnelle d'établir ensemble un rythme puissant. Pendant 24 heures, la Hiérarchie peut relier tous les groupes de travail au réseau planétaire de lumière qu'elle crée et alimente en permanence. La célébration de ces fêtes est une stimulation supplémen­taire à l'aspiration et au service, et elle constitue par là même un facteur psychologique important. [Partage international, avril 1992]



 Haut de page